Justice

Attentats du 13-Novembre : une fausse victime jugée en mars pour escroquerie

Déjà condamnée à trois reprises pour escroquerie, une femme qui s’était fait passée pour une victime des attentats du 13 novembre sera jugée le 22 mars prochain.

Florence, 49 ans, s’était fait passer pour une victime du 13-Novembre. Elle avait alors falsifié une facture pour deux places de concert qu’elle avait récupéré auprès de membres de l’association de victimes Life for Paris (LFP).

Elle avait touché 25.000 euros d’indemnisation

Salariée pendant neuf mois de l’association LFP, Florence en avait profité pour falsifier une facture pour deux places de concert.

A l’époque où on ne faisait pas de vérification

se souvient Caroline Langlade, son ancienne présidente.

Grâce à cela, elle avait obtenu 25.000 euros du Fonds de garantie des victimes de terrorisme et autres infractions pénales (FGTI) et plus de 13.000 euros de l’Assurance maladie. Elle avait tenté en plus d’obtenir auprès de la mairie de Paris un logement social, en vain. L’usurpatrice racontait à ses collègues de Life For Paris qu’elle était présente dans la salle de concert, et que son meilleur ami y avait été blessé lourdement. Elle affirmait d’ailleurs lui rendre régulièrement visite à l’hôpital.

La quadragénaire avait même créé un compte Facebook pour son ami (imaginaire), postant quotidiennement des photos, et des messages. L’association Life For Paris n’ayant pas accès à la “liste unique des victimes” éditée par le parquet, était dans l’incapacité de vérifier l’identité de cet homme. Le 16 février 2016, selon un policier, Florence avait même raconté “avec force détails” l’attaque du Bataclan. À cette époque, elle portait un bracelet électronique à la cheville car déjà condamnée à trois reprises pour escroquerie.

L’association la démasque

Or, ce sont les voyages et achats “expansifs” qui ont fini par mettre la puce à l’oreille de LFP. Pendant des mois, le groupe enquête et accumule les preuves contre Florence, puis fini par la dénoncer aux autorités à l’automne 2017.

Pour qu’elle ne se doute de rien, sur les conseils de la police et de notre avocat, on a joué le jeu pendant des mois devant elle. On lui a même organisé un pot de départ !

explique l’actuel président de Life for Paris, Arthur Dénouveaux. L’homme avoue regretter qu’elle n’ait pas été démasquée plus tôt par les enquêteurs.

Interpellée ce mardi 13 février, Florence qui a été jugée mercredi en comparution immédiate, n’a exprimé aucuns regrets. Le tribunal a décidé de la maintenir en détention. Elle sera jugée le 22 mars prochain à Créteil pour “escroquerie”.

En décembre, un homme qui s’était également fait passer pour une victime du massacre, expliquant même qu’une femme enceinte avait pris des balles pour lui, a été condamné à six mois de prison ferme.

Publié le jeudi 15 février 2018 à 14:02, modifications jeudi 15 février 2018 à 13:09

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !