Justice

Arrêté pour une relation avec une élève, un professeur se défend “Nous vivions une véritable histoire d’amour”

Cet ancien candidat Front National sur l’Île de la Réunion risque 7 ans de prisons pour “atteintes sexuelles sur mineure de moins de 15 ans”.

Le professeur du collège Philippe Ghanty a été arrêté à Saint-Denis sur l’île de La Réunion pour atteintes sexuelles sur mineure de mois 15 ans. Celui-ci avait en effet connu une histoire d’amour avec une ancienne élève, âgée de 14 ans à l’époque des faits, que nous nommerons Alice, celle-ci ayant préféré garder l’anonymat.

Une confession équivoque

Le professeur d’anglais âgé de 34 ans attend son procès le 2 avril prochain, et écopera dans tous les cas d’une interdiction de s’approcher à nouveau de son ancienne élève. Dans la tourmente, celui-ci a souhaité s’expliquer auprès du magazine 20 minutes afin de “rétablir quelques éléments de vérité“. Ainsi, l’intéressé a tout d’abord souhaité rappelé que sa relation avec Alice a débuté après l’avoir eue en tant qu’élève.

Contrairement à ce que l’on a dit, je ne l’ai pas fréquentée alors que j’étais son enseignant. Elle m’a fait part de ses sentiments en juillet 2017. J’enseigne au collège. Et elle allait partir au lycée. Je n’étais plus son prof.

Philippe Ghanty a également affirmé que son élève lui “apportait des gâteaux tous les jours” et se distinguer de ses autres camarades par sa “maturité” et son niveau intellectuel “très précoce“. D’après lui, leur histoire d’amour “n’était pas basée sur le sexe“, mais celui-ci est resté très évasif sur les potentiels rapports sexuels qu’il aurait pu avoir avec la pré-adolescente.

Pourtant, les textos échangés entre les deux “amoureux” laissaient clairement entendre que ces derniers on franchi le cap, puisqu’on peut y lire plusieurs messages très clair à ce sujet comme “je t’avais dit de prendre la pilule bien avant“.

Ces messages, qui sont analysés par les juges en attendant le procès du professeur, ne laissent donc planer aucun doute à ce sujet. On peut également y lire que Philippe Ghanty souhaitait avoir “un bébé” (sic) avec la jeune fille. L’intéressé a reconnu être l’auteur de ces textos :

Oui, j’ai écrit ça. C’est parce qu’on savait que cela pouvait déraper. On savait que cela pouvait arriver. Et on cherchait une solution… Nous vivions une véritable histoire d’amour.

Un père farouchement opposé à cette relation

Le père d’Alice a tout fait pour mettre un terme à cette relation, et c’est d’ailleurs lui qui a décidé de porter plainte contre l’enseignant. Il avait auparavant essayé d’empêcher sa fille de le revoir ou de communiquer avec lui en confisquant ses téléphones. Philippe Ghanty, qui a un enfant d’une précédente d’une relation a déclaré “comprendre” la colère de ce père, mais a quand même affirmé “lui en vouloir beaucoup“.

Selon l’enseignant, Alice est brimée dans une famille trop religieuse, et a utilisé cette relation comme un échappatoire à la pression familiale. En tout cas, il ne fait aucune doute que Ghanty considérait sa relation avec Alice comme une chose très sérieuse, et souhaitait même “se marrier et fonder une famille” avec elle.

Philippe Ghanty et Alice se croiseront une dernière fois au tribunal le 2 avril prochain, à l’issue duquel celui-ci encourt une peine de 7 ans de prison.

Publié le dimanche 4 février 2018 à 10:48, modifications dimanche 4 février 2018 à 0:43

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

3 Commentaires