Justice

Affaire du petit Grégory : L’un des corbeaux identifié selon le procureur de Dijon

Le procureur général de la République de Dijon, Jean-Jacques Bosc a révélé des informations précieuses à l’occasion d’une conférence de presse dans la journée du jeudi 15 juin. Ce point presse intervient suite aux nouveaux rebondissements dans l’affaire du petit Grégory. Plus de trente ans après les faits, cette énigme judiciaire pourrait bien être enfin résolue.

STORY - Episode 2/22

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Après le rebondissement incroyable cette semaine dans l’affaire judiciaire du petit Grégory, avec des membres de la famille de l’enfant qui ont été placés en garde à vue, le procureur général de la République de Dijon a dévoilé des éléments précieux lors d’une conférence de presse organisée le jeudi 15 juin. Selon Jean-Jacques Bosc, de nouvelles expertises en écritures ont permis de relancer totalement l’enquête sur le meurtre du petit Grégory Villemin. L’enfant avait été retrouvé mort noyé dans la Vologne il y a 32 ans. Le petit Grégory était seulement âgé de 4 ans.

L’un des “corbeaux” ENFIN identifié

Selon le procureur, l’un des plus grands mystères de l’affaire viendrait d’être percé à jour. L’un des corbeaux aurait été formellement identifié. Les parents du petit Grégory avaient reçu de très nombreux courriers après le meurtre.  Ces résultats ont été obtenus suite à de nouvelles expertises et analyses.

Jacqueline Jacob [la grand-tante de Grégory] a été reconnue comme l’auteure de l’une des lettres manuscrites de menaces envoyées à la famille Villemin en 1983.

Un meurtre commis par plusieurs individus ?

Le procureur Jean-Jacques Bosc a révélé lors de cette conférence de presse que plusieurs individus avaient joué un rôle important dans l’assassinat du petit Grégory.

Plusieurs personnes ont à l’évidence participé au crime. Des repérages ont été effectués les jours avant le crime opérés par un homme portant une moustache et quelques fois accompagné d’une femme.

La prudence du procureur de la République Jean-Jacques Bosc

Malgré ces avancées spectaculaires, le magistrat a tenu à préciser que l’affaire n’était pas encore totalement résolue.

Je ne sais pas qui est l’auteur du crime.

L’enquête s’orienterait désormais vers la vérification des emplois du temps des suspects actuellement interrogés.

L’hypothèse d’un drame familial dans le cadre de l’affaire du petit Grégory

Les gardes à vue de Ginette Villemin (la tante de Grégory), de Marcel et Jacqueline Jacob (grand-oncle et grand-tante) ont donc été prolongées. De forts soupçons pèseraient sur le couple selon Francetvinfo. L’expertise de deux lettres (de 1984 et 1989) se sont révélées « confondantes » à l’égard de Jacqueline Jacob, la grande-tante de Grégory, et de Monique Jacob, sa grand-mère. Les grands-parents (Monique Jacob et Albert Villemin) ont été entendus cette semaine en audition libre.

L’une des plus grandes énigmes judiciaires du vingtième siècle pourrait donc enfin trouver un dénouement.

Publié le vendredi 16 juin 2017 à 9:33, modifications jeudi 20 juillet 2017 à 14:45

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !