Justice

Affaire Fiona : Cécile Bourgeon aurait avoué à une co-détenue que “la petite aurait été violée et brûlée”

Deux gendarmes auraient recueilli le témoignage d’une co-détenue de Cécile Bourgeon. La mère de la petite Fiona, disparue en 2013 aurait avoué que sa fille aurait été violée par son père puis brûlée.

STORY - Episode 16/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Fiona

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Murée dans le silence depuis le début de son procès, un élément pourrait bien inciter Cécile Bourgeon à s’exprimer. En effet, Me Grimaud, l’avocate de l’association Innocence en danger aurait fait intervenir deux nouveaux témoins, des gendarmes. Ces derniers, se sont présentés à la barre, avouant détenir des informations sur l’affaire Fiona.

“Ils l’ont frappée, elle s’est mise à vomir”

Accusée des coups ayant entraîné la mort de Fiona, en 2013, Cécile Bourgeon s’est toujours montrée très évasive sur l’endroit où se trouvait le corps de sa fille. Toutefois, un nouvel élément pourrait bien anéantir à jamais les chances de retrouver le cadavre de la fillette. En effet, deux gendarmes sont venus livrer un procès-verbal au procès de la mère. Leur mission ? Faire remonter une information donnée par leur indic. Selon eux, Cécile Bourgeon, alors à la maison d’arrêt de Lyon-Corbas, se serait confiée à une co-détenue en prison. Cette dernière aurait avoué avoir consommé des stupéfiants le soir où Fiona est décédée.

Le soir des faits, Cécile et son concubin auraient consommé alcool et stups. Ils l’ont frappée, elle s’est mise à vomir. Ils lui ont fait prendre une douche froide et l’ont couchée toute mouillée dans son lit. Le lendemain, la petite était morte.

La mère de la fillette disparue aurait ajouté que les enquêteurs ne retrouveraient jamais le corps, qu’il avait été brûlé et que Fiona avait été victime d’un viol. Me Grimaud a alors émis l’hypothèse que la petite aurait été agressée sexuellement par le père de Cécile Bourgeon.

“C’est du délire total !”

“Sidérée”, Cécile Bourgeon aurait raconté durant son procès n’avoir “jamais entendu ça !”.

Brûler Fiona, c’est impossible. C’est du délire total ! C’est la première fois que le sujet est abordé, je suis sous le choc. Ce sont des accusations très, très, très, très graves. Fiona n’a jamais été violée, encore moins brûlée. Brûler Fiona, c’est impossible. C’est du délire total !

Affirme la mère de la fillette, déclarant également de vouloir porter plainte contre l’indic des gendarmes.

Quel intérêt cette source a ­t-­elle à mentir ? Elle a l’air d’être pas mal au courant des détails de l’affaire.

assurent les gendarmes à la barre, appuyant que leur source est « fiable ».

Cette personne est active. Elle nous a même permis de résoudre des affaires

confirme l’un des gendarmes.

Me Costantino, avocat des parties civiles aurait alors lancé à la barre :

Est-ce que vous voyez où votre silence nous mène ? A taire la vérité, on se met les uns et les autres à imaginer…

Cécile Bourgeon, vexée dans son box, ne fera pourtant rien de plus que s’insurger.

Publié le mercredi 7 février 2018 à 11:31, modifications mercredi 7 février 2018 à 11:31

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !