Justice

A son procès, Jawad le logeur de Daesh s’illustre par des phrases surréalistes

Fidèle à sa réputation, Jawad s’est défendu avec un “humour involontaire” lors de son procès, qui s’est ouvert mercredi 25 janvier.

STORY - Episode 12/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Jawad Bendaoud, le logeur des terroristes du 13 novembre qui avait fait le buzz sur les réseaux, sera la première personne à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris pour les attentats de 2015, qui ont coûté la vie à 130 innocents. Il est accusé de “recel de malfaiteurs terroristes” et encourt jusqu’à 6 ans de prison à l’issue de son procès, qui s’est ouvert mercredi.

Mais visiblement, le prévenu n’a pas abandonné son sens de la répartie légendaire, et a enchaîné les phrases cultes pendant les premiers jours du procès pour clamer son innocence. Nous avons sélectionné les 10 meilleures pour vous, et nous préférons vous prévenir, c’est encore meilleur que la célèbre vidéo qui l’avait rendu célèbre.

10 phrases cultes

 Le sandwich escalope-boursin

Après avoir quitté mes locataires, j’étais très tranquille. Posé sur mon balcon, avec vue sur le Stade de France, en train de me fumer un gros joint de beuh. J’ai mangé un sandwich escalope boursin – j’en ai même donné un morceau à mon chien – et j’ai regardé un film sur Netflix. Vous pensez vraiment que je savais que je venais de laisser des terroristes dans mon appartement ?

Boeuf bourguignon et couscous

Il m’a dit t’as hébergé un mec, le croque-mort de Daesh (…) Personne m’a mis au courant. On m’a vendu un bœuf bourguignon, j’ai fini avec un couscous. Voilà ce qui s’est passé.

Les lentilles au boeuf

Je vous l’ai écrit, j’étais avec mon père, il mangeait des lentilles au boeuf. A la télé, il y avait juste une carte avec des explosions à Paris et Saint-Denis. Mon père, il me dit que les terroristes de Paris, ils sont tous morts. Pour moi, y’en avait aucun en fuite.

Les Pakistanais terroristes

Dans ma tête, les terroristes de Paris, ce sont des Pakistanais, des hindous, là, comme les mecs du 11-Septembre. Je pensais pas que c’était des mecs de mon âge, avec une casquette du PSG ?!

L’accouplement avec des chiens

Je suis content d’être jugé en France. Si j’étais aux États-Unis, je serais déjà en tenue orange en train de m’accoupler avec des chiens…

Le mojito et l’escort-girl

Tout ça, c’est faux… Madame, j’en étais à sept ans de détention. Vous voulez que je vous explique comment ça se passe, quand on est au mitard ? Y’en a combien des mecs à Fresnes qui crient Allahou Akbar tous les jours et qui disent qu’ils vont se faire sauter, et qui en sortant, se font un mojito et une escort. La prison, c’est un milieu féroce.

La cocaïne

Je sais pas si quelqu’un prend de la cocaïne dans la salle. Mais c’est terrible. C’est un engrenage. Tu prends 1 gramme, 2 grammes et pique et pique et colegram.

Joey Starr et Daech

Mohamed Soumah qui m’amène des terroristes, c’est comme Joey Starr qui va rentrer chez Daech. Snoop Dogg il fait des soirées avec Ben Laden, c’est possible ça ? Eh ben Snoop Dogg il est là ! Des kamikazes, Madame ! Comment je pouvais me dire que mon pote, avec qui je fais du trafic de drogue (Soumah, l’autre prévenu), avec une Maghrébine qui fume des Marlboro light (Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abaaoud), ils vont me ramener des terroristes ?

Un amoureux de la vie

Sur la tête de mon fils, je ne savais pas que c’était des terroristes. J’aime trop la vie. J’aime trop les femmes, j’aime trop mon fils !

“Même des pétards je les jette”

Je savais même pas qu’il y avait des écrous dans la ceinture explosive. J’ai jamais vu de détonateur, sauf avec Jack Bauer. Jamais je touche à ça ! Moi, concevoir un détonateur ? Vous me mettez 25 grammes avec un un fil, j’ai peur que ça explose ! Même des pétards je les jette !

La risée de la France

Javad s’était rendu célèbre grâce à une vidéo où on le voyait clamait avec une grande mauvaise foi son innocence en direct à la télévision. Nous étions alors le 18 novembre 2015, et les forces du Raid avait lancé un violent assaut à Saint-Denis contre la planque où se terraient Abdelhamid Abaaoud et son complice Chakib Akrouh, les deux cerveaux de l’attaque. Ces derniers avaient ensuite été tués, et la police avait mis la main sur Jawad, qui avait fourni l’appartement aux deux terroristes.

Devant les caméras de BFM TV, le jeune homme, qui paraissait alors très agité, avec affirmé qu’il n’était “pas au courant que c’était des terroristes“, qu’on lui avait “dit d’héberger deux personnes pendant trois jours” et qu’il avait simplement voulu “rendre service“. Cette vidéo était ensuite devenue virale sur les réseaux sociaux, et Jawad était devenu “celui dont on a ri après avoir trop pleuré” d’après les mots de son avocat. Et cela ne risque pas de changer.

Deux autres personnes seront également jugées : Mohamed Soumah, un proche de Jawad, et Youssef Aïtboulahcen, respectivement accusés de “recel de malfaiteurs terroristes” et “non dénonciation de crime terroriste”. Selon la stratégie de défense bancale de Jawad, c’est Mohamed Soumah qui lui a présenté les 2 terroristes, sans qu’il sache ce qu’ils avaient fait.

Un délinquant multi-récidiviste

Jawad Bendaoud, qui a aujourd’hui 31 ans, était déjà connu des forces de l’ordre. Délinquant multi-récidiviste, il avait été condamné en 2008 pour “violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner” dans une sordide affaire de meurtre.Le procès, qui durera vraisemblablement jusqu’au 14 février, réunira 80 avocats et 500 parties civiles, issues des familles des victimes des attentats. Ainsi, selon Me Géraldine Berger-Stenger, avocate de l’une des familles de victimes :

Ce procès pose aussi la question de la porosité entre les délinquants de droit commun et les terroristes.

Plusieurs victimes gravement blessées, comme Bilal Mokono, paralysé depuis l’attaque du stade France le 13 novembre, sont également venus assister au procès, et espère une confrontation avec le logeur, afin qu’il reconnaisse son implication.

La salle de la 16ème chambre du tribunal ne suffisant pas pour accueillir tout ce monde, le procès sera également retransmis sur écran géant. Il pourrait durait jusqu’au 14 février prochain.

Publié le vendredi 26 janvier 2018 à 12:17, modifications mardi 30 janvier 2018 à 17:55

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct