Justice

4 mois avec sursis pour des insultes homophobes dans un supermarché

La scène avait eu lieu dans un supermarché de Rueil-Malmaison au début du mois de mars. Elle avait abreuvé un couple d’insultes homophobes.

Elle nie être homophobe à l’audience

La scène avait choqué. Un couple homosexuel insulté pendant de longues minutes dans un supermarché. Quelques jours après, les deux hommes s’étaient finalement décidées à porter plainte. Devant des témoins, l’accusée leur avait dit “vous les pédés, vous n’avez pas le droit de vivre” ou encore “en Algérie, les mecs comme vous on les égorge”. Elle assumait alors aussi son homophobie.

A l’audience, sa position était complètement différente. Elle a tout d’abord nié être homophobe.

Je les ai insultés de pédés mais s’ils avaient été gros ça aurait été sales gros ou une blonde, blondasse.

Elle a aussi dit avoir été traitée de “bougnoule”. Une insulte qu’aucun des témoins n’a pu confirmer. Selon elle, ce serait aussi les conséquences de la fatigue de sa grossesse.

Pour l’avocat du couple, il ne faut pas relativiser ses actions. Selon nos confrères de BFMTV, Tewfik Bouzenoune a ainsi expliqué :

Une menace de mort, c’est dire à la personne qu’elle ne mérite pas d’exister et c’est ce que vous avez fait.

5 ans après la légalisation du mariage pour tous, il a aussi dénoncé la banalisation des propos homophobes. L’accusée a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis, 1.350 euros de dommage et intérêts pour préjudice moral à chacune des victimes et 1.500 euros à chacune des deux associations de lutte contre l’homophobie, qui s’étaient portées partie civile dans cette affaire.

Publié le mardi 24 avril 2018 à 18:23, modifications mardi 24 avril 2018 à 18:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !