Actualité

Jungle de Calais : La préfète du Pas-de-Calais souhaite voir partir des migrants

La Préfète du Pas-de-Calais vient d’annoncer une mesure pour le moins étonnante concernant la jungle de Calais. En effet, plusieurs centaines de migrants vont être délogés.

La situation à Calais, dans le Nord de la France, est plus qu’inquiétante. En effet, depuis des mois, plus de 4.000 migrants sont entassés dans un espace vert. Ces personnes qui ont fuit la Syrie et d’autres pays en guerre espèrent passer en Angleterre. Mais impossible pour eux d’aller de l’autre côté de la Manche d’une manière légale car Londres ne veut pas les accueillir. Ainsi, femmes et enfants sont dans des conditions de vie déplorable. Et les choses pourraient se compliquer pour eux car le vendredi 12 février, la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a annoncé vouloir faire évacuer des centaines de personnes.

A peu près la moitié de la ‘jungle’ de Calais, soit 800 à 1000 personnes. Le temps est venu de passer à une autre étape, plus personne ne doit vivre sur (la) partie sud du camp (…), tout le monde doit quitter cette partie-là. Cela représente à peu près la moitié de la ‘jungle’, on estime qu’il y a 800 à 1000 personnes dans cette partie-là.

Mais où vont aller ces gens ? Telle est la question. Car si la Préfète a annoncé qu’elle allait trouver une solution de repli pour ces migrants, rien n’est certain. Ainsi, elle a tenu à rassurer dans une interview donnée au Monde.

Mes services et moi-même allons proposer aux personnes vivant dans cette partie du campement d’être, à leur choix, hébergées dans notre centre d’accueil provisoire (CAP) ou de partir ailleurs en France dans un centre d’accueil et d’orientation (CAO).

Evidemment l’Etat et les associations ne sont jamais d’accords. Ainsi, l’association Auberge des migrants a indiqué que la Préfète avait sous-estimé le nombre de personnes vivant dans la partie sud du camp. Selon elle, il y aurait 2.000 migrants sur cette terre.

Ce lundi 15 février, le sous-préfet et son directeur de cabinet se déplaceront sur place pour rendre visite aux communautés de migrants pour leur expliquer leur avenir.

La préfète a expliqué toujours dans le Monde.

On va leur laisser une semaine pour occuper les places qui sont mises à leur disposition. Si un vrai mouvement se crée, on laissera plus de temps.

Espérons que ces personnes soient très bien prises en charge.

Publié le dimanche 14 février 2016 à 13:55, modifications dimanche 14 février 2016 à 13:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !