Actualité

Japon : Attaque meurtrière à l’arme blanche

Dans un centre pour handicapés mentaux près de Tokyo, un déséquilibré a tué 19 personnes et en a blessé 25 autres à l’arme blanche avant de se rendre aux autorités.

Dans la nuit du 25 au 26 juillet, Satoshi Uematsu, un ancien employé de 26 ans d’un centre pour handicapés mentaux près de Tokyo, est retourné sur les lieux de son ancien travail avec un couteau en main. D’après la chaîne de télévision NHK, le criminel serait entré dans le bâtiment en brisant une vitre avant de tuer 19 personnes et d’en blesser 25 autres parmi lesquelles 20 se trouvent dans un état grave.

L’auteur du crime s’est rendu de son propre chef aux autorités, affirmant être l’auteur du massacre. Il aurait également dit aux forces locales :

Les handicapés devraient tous disparaître.

Plusieurs couteaux, dont certains tâchés de sang, ont été retrouvés dans le sac de celui qui étudiait pour devenir instituteur et dont l’acte ignoble a étonné son voisin :

Je ne me souviens de lui que comme d’un bon garçon. Je ne saurai jamais ce qui lui est passé par la tête, mais j’espérais que ce n’était pas lui lorsque j’ai entendu les informations.

Un « bon garçon » qui, selon un responsable, aurait été interné contre son gré dans un hôpital en février après avoir dit vouloir tuer des handicapés avant d’être libéré le mois suivant par un médecin jugeant une amélioration de son état. Satoshi Uematsu aurait même écrit une lettre au président de la Chambre basse du Japon pour mettre en vigueur l’euthanasie des personnes handicapées :

Mon objectif est un monde dans lequel, dans les cas où il est difficile pour les personnes lourdement handicapées de vivre chez elles et d’être actives socialement, elles puissent être euthanasiées avec l’aval de leurs tuteurs.

Le Tsukui Yamayuri-En, l’établissement visé par l’attaque, héberge environ 160 personnes, de 17 à 75 ans. Les 700 000 habitants de la ville de Sagamihara dans laquelle s’est passé le drame sont sous le choc suite à cette attaque qui est la plus meurtrière ayant eu lieu sur leur sol après la seconde guerre mondiale.

Possédant une législation de contrôle très stricte vis-à-vis des armes à feu, le Japon connait très peu de tueries de masse mais est parfois victime de déséquilibrés qui commettent leurs crimes à l’aide d’armes blanches.

Publié le mardi 26 juillet 2016 à 10:19, modifications mardi 26 juillet 2016 à 10:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !