Actualité

Iran: la ville d’Ahvaz rend hommage aux victimes de l’attentat

Ahvaz a rendu hommage lundi aux victimes de l’attentat commis samedi dans cette ville du sud-ouest de l’Iran, lors de funérailles publiques voulues par les autorités comme une démonstration d’unité nationale face au “terrorisme”.

Une foule, évaluée à plusieurs dizaines de milliers de personnes par une équipe de journalistes de l’AFP sur place, a convergé dès le début de la matinée vers le centre d’Ahvaz, capitale de la province du Khouzestan, à plus de 500 km au sud de Téhéran.

Selon le dernier bilan de l’attentat fourni par les autorités locales, 24 personnes ont été tuées samedi par un commando ayant ouvert le feu sur un défilé militaire et la foule des spectateurs.

L’attentat a également fait 60 blessés. Selon les autorités, les quatre assaillants ont été abattus.

“Quoi qu’ils fassent (les ennemis de l’Iran à l’origine de l’attentat) ne peuvent pas tenir face à la Nation iranienne parce que nous sommes tous unis”, a déclaré à l’AFP Abdolzahra Savari, commerçant arabe, au milieu de la foule en deuil.

Des enfants iraniens brandissent le portrait d'une des victimes de l'attentat commis à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, à l'occasion des funérailles organisées le 24 septembre 2018

(credit photo AFP) Des enfants iraniens brandissent le portrait d’une des victimes de l’attentat commis à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, à l’occasion des funérailles organisées le 24 septembre 2018

Province pétrolifère, le Khouzestan, peuplé majoritairement d’Arabes, a été dévasté par la guerre entre l’Iran et l’Irak (1980-1988).

Pendant le conflit, la population est restée fidèle à l’Iran, déjouant les plans du dictateur irakien Saddam Hussein, qui espérait annexer facilement la région et s’emparer de ses gisements de pétrole.

Semblant ignorer une revendication du groupe État islamique (EI), les autorités de Téhéran ont accusé la mouvance séparatiste arabe du Khouzestan d’avoir perpétré l’attaque de samedi, en lien avec des pays occidentaux, les États-Unis, Israël ou encore des monarchies arabes du Golfe.

“Maudits Saouds”

Localisation d'Ahvaz en Iran

(credit photo AFP) Localisation d’Ahvaz en Iran

Les auteurs de l’attaque “ont péri, nos agents identifieront leurs restes et leurs soutiens jusqu’au dernier”, a déclaré le ministre des Renseignements iraniens, Mahmoud Alavi, à la foule réunie devant la mosquée Sarallah.

“Un grande partie d’entre eux ont déjà été arrêtés”, a-t-il assuré, sans donner plus de précisions.

Les participants ont convergé vers le lieu de culte par quatre rues, trois réservées aux hommes, une quatrième pour les femmes.

“Nous allons prendre une terrible revanche sur nos ennemis, et ils le savent tous”, a affirmé à la tribune le général de brigade Hossein Salami, commandant en second des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique.

“Comme le dit le Coran, nous allons faire voler leurs têtes. Où qu’ils se trouvent, nous les trouverons et les punirons”, a-t-il clamé avant que la foule ne porte les cercueils enveloppés dans un drapeau iranien en un long cortège vers le cimetière.

“Nous resterons debout jusqu’au bout”, “non au terrorisme”, pouvait-on lire sur des pancartes brandies dans la foule.

Des soldats iraniens se recueillent lors des funérailles des victimes de l'attentat d'Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, le 24 septembre 2018

(credit photo AFP) Des soldats iraniens se recueillent lors des funérailles des victimes de l’attentat d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, le 24 septembre 2018

“Comme vous pouvez le voir, toute la population, qu’il s’agisse de Lors (un des groupes ethniques présents au Khouzestan, NDLR), d’Arabes, ou (de Perses) des villes de Shushtar ou Dezfoul, tous sont ici aujourd’hui pour dire ensemble: mort aux terroristes”, a proclamé Sabah Abiad, un employé de banque.

Selon la télévision d’État, seuls 12 des 24 victimes ont été enterrées samedi à Ahvaz, les autres, originaires d’autres régions d’Iran, doivent être inhumés dans leur province d’origine.

Sous un soleil de plomb -la température avoisinait 40 degrés-, les participants aux funérailles se sont frappés la poitrine au son d’une mélopée chiite en criant “Ya Hossein”, une invocation à Hussein, petit-fils de Mahomet et figure sainte majeure de l’islam chiite, la religion majoritaire en Iran.

Dans un autre registre, un célèbre madah (chanteur religieux) a glissé dans son chant une imprécation antisaoudienne (“Maudits soient les satanés Saouds”), la foule répondant “Maudits! Maudits!”.

Le cercueil d'une des victimes de l'attentant d'Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran, lors des funérailles, le 24 septembre 2018

(credit photo AFP) Le cercueil d’une des victimes de l’attentant d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, lors des funérailles, le 24 septembre 2018

Se faufilant entre les marcheurs, des camions ont aspergé d’eau les participants pour les rafraîchir.

Les autorités n’ont donné aucun détails sur l’identité des victimes de l’attentat, qui pourraient être aussi bien des civils que des militaires. Une certitude néanmoins: il y avait parmi elles un jeune garçon dont le cercueil et le portrait ont été portés lundi matin à Ahvaz.

Publié le lundi 24 septembre 2018 à 14:10, modifications lundi 24 septembre 2018 à 14:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !