Actualité

Himalaya : L’incroyable sauvetage d’Elisabeth Revol laisse peu d’espoir pour retrouver son compagnon de cordée

La Française Elisabeth Revol, qui réalisait l’ascension du Nanga Parbat dans l’Himalaya, a été secourue à plus de 6000 mètres dans des conditions extrêmes. Son compagnon de cordée n’a pas eu la même chance.

Dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 janvier, l’alpiniste française Elisabeth Revol, a été secourue par une cordée polonaise. Toutefois, le mauvais temps n’a pas permis de retrouver son compagnon de cordée. Il s’agit du Polonais Tomasz Mackiewicz, surnommé « Tomek », 43 ans et père de trois enfants.

Le duo tentait pour la troisième fois l’ascension hivernale du Nanga Parbat. Le neuvième plus haut sommet du monde, qui culmine à 8 126 m d’altitude, dans la partie pakistanaise de l’Himalaya. Or, dans la nuit de jeudi à vendredi, Elisabeth Revol et Tomasz Mackiewicz redescendaient du sommet. Ils ont alors demandé des secours par téléphone satellite. En effet, adeptes du « style alpin », qui privilégie légèreté et rapidité et bannit le recours aux porteurs, aux cordes fixes et à l’apport d’oxygène artificiel, les deux himalayistes pourtant très expérimentés se sont retrouvés pris dans le mauvais temps.

Une levée de fonds

Les proches des deux grimpeurs ont rapidement lancé une collecte en ligne. Ils sont passés par l’intermédiaire d’un site de financement participatif afin de lever le minimum de 50 000 dollars (40 000 euros). Un montant de garantie indispensable pour qu’un hélicoptère de l’armée pakistanaise, qui coordonne les secours sur place, puisse décoller.

Selon Masha Gordon, qui a coordonné cette campagne de financement participatif, Elisabeth Revol aurait réussi à faire redescendre Tomasz Mackiewicz à une altitude de 7.280 m. Elle lui aurait installé son bivouac. En outre, selon Le Parisien, l’alpiniste pakistanais Karim Shah, qui est en contact avec les membres de cette expédition, a affirmé que ce sauvetage était sans précédent dans l’histoire de l’alpinisme. Les sauveteurs ont gravi sans corde fixe et de nuit 1200 mètres par une route très difficile.

En effet, le Polonais Adam Bielicki et le Kazakho-Polonais Denis Urubko, respectivement âgés de 34 et 44 ans, qui se sont portés volontaires pour venir au secours de leurs collègues en détresse. Ils ont ainsi réussi une opération de sauvetage hors norme. Déposés à 5 200 m d’altitude, ils sont partis à la rencontre d’Elisabeth Revol. Ils ont gravi de nuit, en trois heures et demie, un dénivelé de plus de 1 000 m sur une pente vertigineuse. Ils l’ont finalement retrouvée dans la nuit de samedi à dimanche.

Personne n’avait auparavant fait une telle ascension.

A-t-il expliqué.

La plupart des gens mettent deux ou trois jours pour le faire et ils ont mis huit heures dans l’obscurité. »

Inquiétude pour Tomasz Mackiewicz

Le quotidien a précisé qu’Elisabeth Revol a été conduite à l’hôpital d’Islamabad (Pakistan). L’alpiniste souffre de graves engelures au pied gauche et aux mains.

Le docteur Emmanuel Cauchy, spécialiste des pathologies de l’altitude et du froid, a même confié au journal qu’il s’agissait à présent d’une « course contre la montre ». En effet, le temps est compté avant que les médecins ne soient obligés de l’amputer.

Quant au sauvetage de Tomasz Mackiewicz, les secouristes ont dû renoncer.

Le sauvetage de Tomasz est malheureusement impossible. Les conditions météorologiques et l’altitude mettraient la vie des sauveteurs dans un danger extrême. C’est une décision terrible et douloureuse. Notre tristesse est immense.

A annoncé Ludovic Giambiasi, le logisticien d’Elisabeth Revol sur sa page Facebook.

#NangaParbatDecision of the rescue team: Urubko and Bielecki will go down with Elisabeth. Tomorrow morning at around…

Publié par Ludovic Giambiasi sur samedi 27 Janvier 2018

Publié le lundi 29 janvier 2018 à 11:11, modifications lundi 29 janvier 2018 à 10:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !