Actualité

Grève SNCF : Trafic perturbé mardi 26 avril

Mardi 26 avril, tous les syndicats ont appelé les cheminots à une nouvelle grève. Il s’agit du troisième mouvement social en huit semaines à la SNCF et il devrait fortement perturber la circulation des trains de lundi soir à mercredi matin.

La grève annoncée mardi 26 avril à la SNCF, à l’appel de tous les syndicats, est prévue pour peser sur les négociations en cours sur les conditions de travail des cheminots.

La journée s’annonce donc difficile dans les transports en commun. En raison de la grève, la SNCF prévoit un TGV sur deux, un transilien sur deux, quatre TER sur dix et un Intercité sur trois.

Plus en détail, sur les grandes lignes, seuls trois TGV sur quatre circulera dans la zone Est, six TGV sur dix pour la zone Paris-Bretagne et Pays de Loire et un TGV sur deux pour les zones Sud-Ouest, Nord, Sud-Est.

Aucun train de nuit ne sera disponible et à l’international, le trafic sera quasiment normal sur les Eurostar, Alleo (les trains allemands) et Thalys.

Globalement, l’ensemble du personnel qui viendra en remplacement des grévistes sera placé en appui aux heures de pointe. Soit entre 7 heures et 9 heures le matin, et entre 16h30 et 19h30 en soirée. D’autre part, 120 000 mails et 70 000 SMS ont été envoyés aux clients TGV et Intercité pour les prévenir. Ainsi que 300 000 mails et SMS pour les clients TER.

A précisé la SNCF.

Tous les syndicats (CGT, Unsa, SUD et CFDT) ont appelé les cheminots à revendiquer leurs droits sur leurs conditions de travail.

Le syndicat SUD avait dans un premier temps milité pour une action qui soit reconduite mais s’est ensuite rangé du côté des autres syndicats pour :

Ne pas ajouter de la division à la division et à participer à une grève «carrée» de 24h.

Cependant, SUD n’a pas souhaité s’associer au même préavis de grève que ses confrères, reprochant aux trois autres organisations :

D’abandonner la revendication centrale, d’un décret socle aligné sur la réglementation actuelle de la SNCF

Il s’agit de la deuxième grève unitaire à la SNCF depuis 2013.

Le mouvement de grève du 9 mars, lancé pour les mêmes raisons avait été suivi par 35% du personnel selon la direction et par plus de 60% des contrôleurs selon les sources syndicales.

Les syndicats ont d’ores et déjà annoncé que mardi 26 avril ne sera pas la dernière journée de mobilisation :

Un mouvement plus ferme pourrait être envisagé en l’absence d’ouverture de réelles négociations prenant en compte les propositions alternatives des organisations syndicales.

A prévenu prévient Thierry Nier, porte-parole de la CGT-cheminots.

Ces négociations en discussion à l’échelle de la branche doivent aboutir d’ici mi 2016 à l’harmonisation des règles de travail dans le secteur et aborder dans de bonnes conditions l’ouverture totale à la concurrence.

Le 19 avril dernier, les négociateurs européens avaient imposé que les lignes TGV soient ouvertes à la concurrence à partir de 2020 et celles des TER/Intercité dès 2023.

Publié le lundi 25 avril 2016 à 11:57, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !