Actualité

Gilets Jaunes : La vidéo d’un manifestant matraqué par un policier fait réagir

Nouvelle journée de mobilisation… et nouvelles tensions. De nouveaux heurts ont eu lieu ce samedi 9 mars pendant les manifestations des Gilets Jaunes. La vidéo d’un jeune homme matraqué par un policier fait actuellement polémique sur Twitter.

Nouvelle journée de mobilisation ce samedi 9 mars. Les Gilets Jaunes sont une nouvelle fois descendus dans la rue afin de faire part de leur mécontentement. Des manifestations aux quatre coins de la France qui ont été marquées par de nouveaux heurts entre les forces de l’ordre et les Gilets Jaunes. Preuve en est avec cette vidéo qui fait débat sur Twitter, où elle a été relayée par le journaliste David Dufresne.

La scène se déroule à Quimper, dans le Finistère. Sur ces images, on peut voir un manifestant accroché à la rambarde d’un pont, et ce alors qu’il est matraqué à plusieurs reprises par un policier.

Une vidéo qui fait polémique sur le célèbre réseau social. Que s’est-il passé ? La préfecture de police du Finistère ne s’est pas exprimée sur ce nouvel incident entre forces de l’ordre et manifestants. En revanche, Max Barré, le jeune homme matraqué, a donné sa version des faits. Interrogé par l’AFP, il a ainsi confié :

Je traversais le pont pour retrouver des collègues de l’autre côté quand ils (les gendarmes, NDLR) m’ont couru après. Ils m’ont attrapé à l’épaule et j’ai perdu l’équilibre, je me suis accroché à la rambarde, je ne pensais à rien.

Et d’ajouter :

Ils ne m’ont rien dit, je ne sais pas ce que j’ai fait, j’étais dans ma bulle, j’ai été frappé sans raison.

“Les gendarmes l’ont matraqué assez violemment”

Nos confrères du Figaro rapportent les propos de Lionel Botorel, un “street médic” présent au moment des faits. C’est d’ailleurs ce dernier qui a filmé la scène. Ainsi il explique que les gendarmes visaient non pas Max mais d’autres manifestants qui ont pris la fuite :

Max s’est fait attraper par la deuxième charge, les gendarmes l’ont matraqué assez violemment, ça a duré au moins 45 secondes.

Lionel Botorel a immédiatement prêté secours au jeune homme. Ainsi, il poursuit :

Je lui ai soigné un énorme hématome au niveau du mollet, du côté droit de la tête, des saignements au nez et au niveau du cuir chevelu. Ils lui ont aussi mis le doigt dans les yeux.

Toujours selon le “street médic”, un gendarme a également “craché dans la chaussure du ‘gilet jaune’ avant de la jeter à l’eau”.

David Dufresne a quant à lui pointé du doigt sur Twitter les méthodes déployées par les forces de l’ordre afin de neutraliser Max Barré.

Publié le lundi 11 mars 2019 à 16:10, modifications lundi 11 mars 2019 à 16:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct