Actualité

France : Nouvelle année catastrophique pour la récolte de miel

Comme pour 2016, la récolte de miel en France sera cette année inférieure à 10.000 tonnes. Une situation alarmante qui démontre que la disparition des abeilles se poursuit.

Voici une information qui vient confirmer que la filière du miel est en crise en France. En effet, la production sera « catastrophique » en 2017, avec une récolte en dessous des 10.000 tonnes. Cette annonce a été faite par l’Union nationale de l’apiculture française (l’UNAF) ce jeudi 19 octobre. Le syndicat représente environ 20.000 apiculteurs et 400.000 ruches.

Les gelées tardives, les périodes de canicule qui brûlent les fleurs, les périodes de vent du nord ont été défavorables aux abeilles.

A déclaré Henri Clément, secrétaire général et porte-parole de l’UNAF, au cours d’une conférence de presse.

Trois fois moins de miel qu’il y a 20 ans

Or, au-delà de l’exposition des insectes pollinisateurs aux conséquences de l’utilisation aux néonicotinoïdes qui augmentent leur taux de mortalité, le réchauffement climatique perturbe de plus en plus les butineuses. En effet, à cause des floraisons précoces, des gelées tardives du printemps ou des sécheresses provoquées par la canicule, les plantes et des fleurs porteuses de nectar sont plus rapidement altérées. Ainsi, en 2017, la production de miel en France est trois fois moins importante qu’il y a vingt ans.

Cette année, il ne devrait y avoir quasiment aucune récolte de miel de pin, d’acacia et de lavande. Avec les aléas climatiques de l’année, les fleurs de ces essences se font rares.

Nous avons des périodes de miellée beaucoup plus intenses. Mais très courtes. Ce qui perturbe la vie de nos abeilles.

A expliqué Yves Delaunay, apiculteur.

75% de miel importé

Ainsi, avec cette période de floraison plus brève, les apiculteurs doivent nourrir les abeilles, parfois dès le mois de mai. Or, s’il y a moins de fleurs, il y a moins d’abeilles. Donc encore moins de fleurs, etc… Bref, un cercle vicieux.

En outre, la crise est également sanitaire. En cause, les pesticides qui suscitent l’inquiétude au sein de la profession. Si cinq néonicotinoïdes vont être interdits en 2020, un sixième pourrait venir les remplacer. En effet, l’Europe a autorisé le 27 juillet 2015 un néonicotinoïde mis au point par Dow Agro Science pour le traitement des plantes. Celles-ci absorberont cette molécule déjà jugée « hautement toxique pour les abeilles ».

Enfin, face à cette production en chute libre, les apiculteurs se désolent de constater que 75% de la consommation de miel des Français provient de l’étranger. Le plus souvent de Chine. Or, ce miel « mélangé » est composé d’additifs, de sirop de maïs, de sucre, de mélasse et de riz. À ce titre, les apiculteurs français demandent un étiquetage plus clair et transparent.

Publié le vendredi 20 octobre 2017 à 10:15, modifications vendredi 20 octobre 2017 à 10:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire