Actualité

France : accueil d’un réfugié Tchétchène homosexuel

Un premier homosexuel tchétchène est arrivé en France ce lundi . Celui-ci a fui le pays à cause des persécutions à l´encontre de la communauté LGBT. Après une nuit passé au sein de la ZAPI, zone d’accueil proche de l’aéroport pour les personnes en situation irrégulière. L’homme a finalement été relâché ce matin.

On en entend parler depuis un moment. Les persécutions sur la population homosexuelle en Tchétchénie choquent le monde entier et surtout l’Europe. D’ailleurs les associations de défense de la communauté LGBT ont fait pression sur le président Macron. Plus précisément avant son entretien avec le président de la Russie Vladimir Poutine.

Emmanuel Macron exhorté de réagir sur ce drame

Ainsi le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi qu’il serait « constamment vigilant » sur le respect des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie, affirmant avoir reçu la promesse de son homologue russe. L’arrivée de ce ressortissant tombe donc “politiquement” plutôt au bon moment. Véronique Godet, la vice-présidente de SOS homophobie, a annoncé avec bonheur ce matin:

Le Tchétchène qui est depuis hier sur le sol français est aujourd’hui libre

Apparemment, le jeune homme a quitté précipitamment son pays. Ses papiers n’étaient pas en règle a indiqué une source de l’agence France-Presse. Maintenant sous protection, il va pouvoir effectuer une demande d’asile vers la préfecture de son choix. L’association SOS homophobie avait été averti et sollicitée afin de parrainer l’homme. En effet, elle communique régulièrement avec des structures LGBT russes. Ces dernières “cachent” souvent les homosexuels tchétchènes, persécutés dans cette république du Caucase.

Une communauté tchétchène hostile présente en France

En France on compte une diaspora d’environ 68000 Tchétchènes. Ceux-ci sont également très opposés à l’homosexualité venant des personnes du même peuple. De ce fait, le réfugié sera pris en charge par une petite association anonyme afin d´éviter tout danger pour sa personne.

Selon le journal russe Novaïa Gazeta, les autorités locales ont arrêté plus de cent homosexuels. Les familles ont été fortement incité à les dénoncer ou pire encore les tuer elles-mêmes pour « laver leur honneur ». Toujours selon le journal, au moins deux personnes ont été tuées par leurs proches et une troisième est morte des suites d’actes de torture. Il reste difficile d’avoir de vraies données chiffrées étant donné que le pays tente de cacher ses actes qualifiés de “génocide” au monde.

Publié le mardi 30 mai 2017 à 17:13, modifications mardi 30 mai 2017 à 17:13

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !