Actualité

Figure des médias et animateur culte de “NPA”, Philippe Gildas est mort

Des fous-rires mémorables et une “légendaire gentillesse” : Philippe Gildas, grande figure des médias et visage emblématique du Canal+ des années 90, s’est éteint dans la nuit de samedi à dimanche à l’âge de 82 ans.

L’animateur est décédé à Paris des suites d’un cancer, a annoncé à l’AFP son ami Antoine de Caunes, avec qui il a co-animé “Nulle Part Ailleurs”.

“Il a inventé une forme de journalisme en dépoussiérant l’information à la télévision, en l’ouvrant à toutes les cultures, sur l’actualité de la vie, jusqu’à son apogée professionnelle à Canal, mais aussi à Europe 1. C’était un journaliste indépendant avant tout, et un exemple d’amitié”, a confié à l’AFP Michel Denisot, autre figure de la chaîne.

“Je ne vais pas vous raconter sa vie, elle vous a si longtemps accompagné. Quel homme extra il était et pourquoi on l’aimait tant, vous le savez ou le devinez aussi (…) Pour l’heure, la tristesse”, a twitté l’ex-patron de Canal+ Pierre Lescure.

Diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris, Philippe Gildas débute sa carrière au légendaire journal Combat dans les années 60 avant d’entrer à la radio RTL. Passé par France Inter et Europe 1, il travaillera aussi à l’ORTF, TF1 puis Antenne 2, mais c’est à Canal+, qu’il rejoint peu après son lancement, que ce Breton deviendra une star de la télé.

Son émision “Nulle part ailleurs”, diffusée tous les soirs en clair de 1987 à 1997, reste l’une des plus emblématiques de la chaîne cryptée. C’est notamment là que la bande d’humoristes des Nuls a fait ses débuts, mais aussi celle des Deschiens, l’acteur Benoît Poelvoorde, les marionnettes des Guignols, Groland ou encore la séquence du Zapping.

“Empreinte indélébile”

“Philippe Gildas laisse une empreinte indélébile sur Canal+ où il a produit et animé de 1985 à 2002 des émissions d’actualité, des débats, et bien entendu, pendant 10 saisons, Nulle Part Ailleurs qui a révolutionné le genre du talk-show en France”, a salué la chaîne cryptée, qui lui rendra hommage en diffusant lundi à 17H45 en clair le portrait “Un homme formidable”, raconté par Antoine de Caunes.

Le journaliste Philippe Gildas (d) et son confrère Jean-Pierre Elkabbach (c) échangent avec le Premier ministre Pierre Mauroy (g) avant une interview à Paris, le 27 mars 1984

(credit photo AFP/Archives) Le journaliste Philippe Gildas (d) et son confrère Jean-Pierre Elkabbach (c) échangent avec le Premier ministre Pierre Mauroy (g) avant une interview à Paris, le 27 mars 1984

“Il a marqué son époque par son talent, son grand professionnalisme et sa légendaire gentillesse”, a twitté le directeur des antennes de Canal+ Gérald-Brice Viret.

De très nombreuses personnalités de l’audiovisuel ont salué sa mémoire sur Twitter, comme Jean-Pierre Elkabbach qui s’est dit “bouleversé et secoué” par la mort d”un grand Seigneur des médias et un Prince de l’amitié”. “La bienveillance même. L’empathie, l’intérêt pour les autres, la passion pour son métier”, a salué Patrick Poivre d’Arvor, “un modèle, un exemple pour toute une génération d’hommes et de femmes de notre profession”, a souligné Jean-Pierre Foucault.

Les patrons de chaînes Delphine Ernotte (France Télévisions), Nicolas de Tavernost (M6) le groupe TF1, les patrons de radio Laurent Guimier (Europe 1) mais aussi le CSA ont salué la mémoire de cette “grande figure des médias, qui a marqué l’histoire de la radio et de la télévision”.

Outre les années Canal, Philippe Gildas a également lancé en France le Top50 sur Europe 1 et Canal+, “qui révolutionnera la filière musicale”, a rappelé le producteur Pascal Nègre sur Twitter.

Sur Europe 1, c’est aussi Philippe Gildas qui fit revenir Coluche et l’aida à monter les Restos du Coeur. Plus récemment, il avait animé une émission sur la chaîne Comédie et été chroniqueur dans l’émission de Cyril Hanouna sur Europe 1 Les Pieds dans le plat (2013-2014).

Le monde politique a aussi rendu hommage au journaliste : “Philippe Gildas a accompagné ma jeunesse. Il nous manquera”, a twitté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

“Philippe Gildas a su transgresser les codes, innover, faire rire et faire réfléchir. Par sa bienveillance il a créé un lien d’affection avec les Français”, a salué le ministre de la Culture Franck Riester.

Publié le dimanche 28 octobre 2018 à 12:10, modifications dimanche 28 octobre 2018 à 12:11

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !