Actualité

Famille disparue à Orvault : trois profils ADN identifiés

famille troadec Orvault

Les traces de sang retrouvées dans la maison des Troadec, la famille disparue à Orvault, ont été analysées. Le sang du fils a été retrouvé, mais pas celui de la fille.

Trois profils ADN ont été identifiés

Le 23 février, inquiète de ne plus avoir de nouvelles, la sœur de la mère de la famille Troadec a donné l’alerte. Une enquête pour “disparition inquiétante” a d’abord été ouverte. Puis, les chefs ont été requalifiés en “homicides volontaires, enlèvements et séquestrations”.

Les enquêteurs sont en train d’explorer toutes les pistes. Les traces de sang retrouvées dans la maison des Troadec ont été analysées. Et alors que tous les soupçons pèsent sur Sébastien, le fils aîné de 21 ans, trois profils ADN ont été identifiés : celui de la mère, du père et du fils. Cependant, celui de la fille, Charlotte, manque à l’appel.

Le fils aîné intéresse particulièrement les enquêteurs

Selon Le Parisien, Sébastien Troadec intéresse particulièrement les enquêteurs. La découverte de son sang ne permet pas d’exclure une éventuelle implication du jeune homme. En effet, ses propos sur les réseaux sociaux ont traduit un état d’esprit très sombre. Les relations avec son père étaient notamment difficiles selon l’un de ses amis. Les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver son véhicule, une Peugeot 307 grise.

L’étude de la téléphonie montre également que le téléphone de Sébastien, est le dernier des appareils de la famille à s’être éteint, rapporte LCI. En effet, les portables se sont tous éteints, à tour de rôle, entre le 16 février au matin et le 17 au soir.

La carte bancaire de la fille a été utilisée frauduleusement

Ce lundi après-midi, Ouest France révélait que la carte bancaire de Charlotte avait été utilisée frauduleusement pour acheter des jeux vidéo. La mère et la fille l’avaient alors signalé le 16 février au matin, quelques heures avant leur disparition.

Disparue depuis le 16 février, la famille Troadec reste donc introuvable depuis 11 jours. Selon BFMTV, le couple réside dans un quartier pavillonnaire d’Orvault, près de Nantes, en Loire-Atlantique. Le père, 49 ans, travaille dans une entreprise d’enseignes lumineuses. La mère est employée au centre d’impôts de Nantes. Le fils aîné est inscrit en deuxième année de BTS systèmes numériques au lycée catholique Saint-Gabriel Saint-Michel, à Saint-Laurent-sur-Sèvre, où il loge. Sa sœur, âgée de 18 ans, est quant à elle scolarisée en BTS sanitaire et social dans un établissement de Fontenay-le-Comte.

Ouverture d’une information judiciaire

Le procureur de la République de Nantes a fait un point lundi soir sur l’avancée des investigations. Pour le moment, aucun élément ne permet d’établir de scénario plausible. Le parquet de Nantes, qui a ouvert ce lundi 27 février une information judiciaire pour « homicides volontaires, enlèvements et séquestrations », n’exclut  pas l’intervention d’une ou plusieurs tierces personnes. Deux juges d’instruction ont été nommés pour mener les investigations.

Publié le mardi 28 février 2017 à 9:00, modifications mardi 28 février 2017 à 9:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !