Faits divers

Zoo de Thoiry : un rhinocéros tué et massacré pour sa précieuse corne

C’est avec stupeur et effarement que les responsables du zoo de Thoiry ont découvert ce mardi le corps d’un rhinocéros littéralement massacré dans l’enceinte du célèbre parc animalier. Une enquête a été ouverte pour tenter de retrouver les responsables de cet acte de braconnage inqualifiable en plein cœur d’un espace dédié au bien être des animaux et à la survie d’espèces protégées.

Un rhinocéros du zoo de Thoiry dans les Yvelines a connu un sort atroce. Les faits se seraient déroulés dans la nuit de lundi à mardi. Un ou plusieurs individus s’en seraient pris lâchement à l’animal dans le parc animalier.

L’horreur en plein cœur du parc animalier de Thoiry

Le pauvre rhinocéros n’avait aucune chance face à ses agresseurs. L’animal a été lâchement abattu de trois balles dans la tête, en pleine nuit selon des informations du Figaro. Suite à cette macabre découverte, une enquête a été ouverte. Une porte-parole de la brigade des recherches de la gendarmerie de Mantes-la-Jolie, chargée de l’enquête, s’est exprimée dans les médias. Elle a pu préciser le déroulement du drame et les constatations atroces des équipes du zoo de Thoiry face à cet acte révoltant.

Les soignants avaient quitté le box des rhinocéros lundi à dix-sept heures. Ils sont revenus mardi, à neuf heures quarante. Entre temps, un animal avait été tué et ses deux cornes sciées. Seule la corne principale a été volée.

Ce signe particulier de l’animal majestueux du zoo de Thoiry a malheureusement une valeur marchande importante à la revente sur le marché noir. Selon la porte-parole de la gendarmerie la corne extraite du corps de l’animal pourrait être estimée entre “30 000 et 40 000 euros“.

Le calvaire du rhinocéros du zoo de Thoiry

Le rhinocéros, qui est mort dans des conditions inhumaines, était un jeune mâle de quatre ans. Surnommé Vince par l’équipe du zoo de Thoiry, cet animal était né aux Pays-Bas. Il était arrivé au parc animalier des Yvelines en mars 2015. Le rhinocéros massacré appartenait à une sous-espèce de rhinocéros blanc du Sud. Les équipes du zoo ont expliqué que l’espèce en question était « extrêmement menacée ». Le malheureux rhinocéros a donc été victime d’un acte lâche et odieux de braconnage d’une rare violence à en croire les précisions du parc animalier. Ses cornes auraient ainsi été coupées « probablement à la tronçonneuse ».

La sécurité du parc des Yvelines pointée du doigt ?

La question de la sécurité des animaux au sein du parc risque donc d’être malheureusement relancée après cet acte barbare. Pourtant, toutes les équipes du zoo de Thoiry mettent tout en œuvre et déploient d’importants moyens. Un acte de braconnage en plein parc animalier effectué dans le courant de la nuit est un cas extrêmement rare et difficile à prévoir. Les équipes du zoo ont tenu à s’exprimer sur ce sujet.

Cet acte a été perpétré malgré la présence de cinq membres du personnel vivant sur place et de caméras de surveillance.

D’après des informations du Figaro, aucune caméra n’était installée à l’endroit où le massacre a été commis.

Les cornes de rhinocéros font malheureusement l’objet d’un vaste commerce illégal et de spéculations financières importantes. Cet acte de braconnage en plein espace sécurisé et dédié à la survie et au bien être d’une espèce protégé serait donc une première mondiale comme l’a souligné le zoo de Thoiry.

Il s’agirait cependant de la première fois qu’un zoo subit une attaque entraînant la mort d’un rhinocéros.

On imagine la colère et l’effroi des associations qui luttent pour la survie des espèces et contre la maltraitance animale face à cet acte inqualifiable. Brigitte Bardot risque d’adresser un nouveau courrier au chef de l’Etat François Hollande. Elle pourrait notamment lui demander de se saisir personnellement de cette affaire afin que l’enquête puisse avancer à grands pas.

Publié le mercredi 8 mars 2017 à 9:45, modifications mercredi 8 mars 2017 à 9:45

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !