Faits divers

Vive émotion après le meurtre de la marathonienne Zenash Gezmu

Un homme a été écroué dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de la marathonienne Zenash Gezmu, âgée seulement de 27 ans. Ce drame a profondément ému de nombreuses associations féministes.

Le corps de Zenash Gezmu a été retrouvé cette semaine dans un appartement situé dans une résidence HLM à Neuilly-sur-Marne, en Seine-Saint-Denis. Cette jeune femme de 27 ans était une championne de marathon. L’assassin présumé a été placé en détention provisoire, selon des informations de la rédaction du Parisien. Le suspect numéro un dans cette affaire s’est livré de lui-même à la police. L’homme en question s’est accusé de la mort de cette marathonienne éthiopienne. L’auteur présumé des faits serait né en Erythrée et âgé de 28 ans. Selon des précisions du parquet de Bobigny, il a été mis en examen pour assassinat et écroué dans la journée de jeudi.

Disparition d’une athlète prometteuse

Zenash Gezmu venait de rejoindre la section athlétisme du Stade Français. La jeune femme avait évolué précédemment dans d’autres clubs de région parisienne. Ces éléments ont été dévoilés par le président d’honneur de la section, Michel Provost. Zenash Gezmu avait notamment couru le marathon d’Amsterdam en 2h32 en 2016. Elle avait réalisé un temps de 1h16 au semi-marathon de Montargis en 2016. Zenash Gezmu s’était classée huitième des championnats de France du 10 km l’année dernière à Langueux, en Bretagne. Elle avait également remporté à trois reprises le marathon de Sénart.

Des conditions de vie difficiles

La jeune femme est arrivée en France en 2011 selon des précisions de LCI. Elle avait entamé des démarches pour obtenir la nationalité française. Cette demande a été refusée, faute d’une bonne maîtrise de la langue. Selon Michel Provost, Zenash Gezmu travaillait comme femme de ménage en dehors de sa carrière sportive et de ses entraînements quotidiens. La jeune athlète résidait dans un appartement dans une résidence HLM de Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis. Son corps a été découvert mardi dans l’appartement en question sur les indications de l’homme qui a déclaré être l’auteur des coups mortels.

Dans chacun de ses clubs, elle a pu compter sur ses rencontres pour l’aider à se loger ou pour faire des démarches administratives. À Paris, elle avait trouvé une chambre en foyer de jeunes travailleurs jusqu’à ses 25 ans, l’âge limite pour y résider. Sans logement par la suite, elle avait séjourné dans une chambre au centre équestre de Neuilly-sur-Marne. Elle a ensuite emménagé dans la résidence HLM où s’est déroulé le terrible drame de cette semaine.

Les différents éléments sur l’auteur présumé de l’assassinat de Zenash Gezmu

Le principal suspect serait originaire d’Ethiopie comme Zenash Gezmu. Selon une source proche de l’enquête, il serait arrivé en France il y a deux ans, en situation régulière, pour participer à un marathon. Selon son récit, il aurait étouffé la jeune femme à mains nues. La jeune femme serait morte par asphyxie. Il l’aurait également frappée avec un de ses trophées présents dans l’appartement. Selon une source proche de l’enquête, lundi soir, « des hurlements de l’appartement de Zenash ont inquiété plusieurs voisins. Mais personne n’a prévenu la police ».

Les liens du principal suspect avec la victime et les raisons de son passage à l’acte devront être précisés dans le cadre de l’information judiciaire. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

L’émotion et la colère des associations féministes en France suite à la mort de Zenash Gezmu

La mort atroce de cette jeune athlète étrangère en France a provoqué une vive émotion. Des collectifs féministes sont en effet indignés suite à ce terrible drame. De nombreuses organisations de défense des droits des femmes ont tenu à dénoncer ce « féminicide ».

La féministe Fatiha Boudjahlat a tenu à réagir suite à cet assassinat.

Elle a été tuée. C’est un meurtre. Un féminicide. Comme il y en a tous les deux jours en France.

Le collectif « Femmes et féministes insoumises » a publié un message émouvant.

Repose en paix Zenash Gezmu.

Le Planning familial de Paris dénonce un « Féminicide. [Un] Nouvel assassinat de femme ». Raquel Garrido, l’ancienne membre du parti de Jean-Luc Mélenchon, actuellement chroniqueuse chez Thierry Ardisson, a tenu à dénoncer ce crime atroce et à rendre hommage à la jeune marathonienne décédée.

Je découvre son existence, son parcours héroïque, sa vie si difficile et semée d’obstacles injustes, le jour de son meurtre sous les coups d’un homme. C’est notre société qui laisse faire tout cela. Ce n’est pas un fait divers.

L’émotion est vive en France dans le milieu associatif féministe et dans la grande famille de l’athlétisme. Sur les réseaux sociaux, les messages en mémoire de Zenash Gezmu se multiplient. Un hommage lui sera rendu ce dimanche au cross de Neuilly-sur-Marne. Elle avait fini deuxième lors de cette course l’an dernier.

Publié le vendredi 1 décembre 2017 à 16:27, modifications vendredi 1 décembre 2017 à 15:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !