Faits divers

Verdun : Une mère de famille abuse sexuellement de ses deux petits garçons

verdun enfants abusés

Le tribunal correctionnel de Verdun a condamné une mère de famille accusée d’agressions sexuelles sur ses deux fils âgés de 8 et 10 ans.

Les garçons révèlent les faits après avoir été placés dans des familles d’accueil

Une mère de famille, âgée de 46 ans, originaire d’Allemagne, a comparu devant le tribunal correctionnel de Verdun pour avoir agressé sexuellement ses enfants de 8 et 10 ans. Les abus sexuels se sont produits entre 2011 et 2013.

En 2013, après avoir été placés dans des familles d’accueil parce qu’ils vivaient dans des conditions d’hygiène déplorables, les deux garçons ont alors révélé les faits aux autorités. Ainsi, ils ont confié avoir été victimes d’attouchements, rapporte L’Est Républicain.

Son autorité parentale a été partiellement retirée

La mère a été condamnée mercredi à trois ans de suivi socio-judiciaire avec obligation de se soigner. Celle-ci a nié les faits pendant tout le procès.  Elle devra indemniser ses enfants à hauteur de 5.000€ chacun. Son autorité parentale a également été partiellement retirée.

Son nom a été inscrit au fichier automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAISV). Si elle ne respecte pas ses obligations, elle sera condamnée à un an de prison.

Qu’est-ce que le fichier automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes (FIJAISV)

Créé en 2004, le FIJAISV a pour but de protéger la population des délinquants les plus dangereux. D’abord réservé aux auteurs d’infractions sexuelles sur mineurs, il a été étendu aux auteurs d’infractions violentes en 2005. Les informations sont conservées 20 ou 30 ans en fonction de la gravité de l’infraction commise.

Compte tenu des obligations qui pèsent sur les personnes inscrites, les infractions les plus graves sont concernées :

  • Meurtre ou assassinat d’un mineur avec viol, tortures ou actes de barbarie ;
  • Viol sur mineur ;
  • Agression ou atteinte sexuelle sur mineur ;
  • Proxénétisme à l’égard d’un mineur ;
  • Recours à la prostitution d’un mineur ;
  • Meurtre ou assassinat commis avec actes de torture ou de barbarie ;
  • Crime commis avec actes de torture ou de barbarie ;
  • Meurtre et assassinat en récidive légale.

Les mineurs de moins de 13 ans ne peuvent jamais figurer au FIJAISV. À partir de 13 ans, les mineurs ayant fait l’objet d’une sanction éducative ou d’une peine peuvent être inscrits dans le FIJAISV si le juge ou le procureur l’ordonne expressément.

Publié le vendredi 9 juin 2017 à 11:33, modifications vendredi 9 juin 2017 à 7:38

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Discuttez !