Faits divers

Val-de-Marne : Un véritable arsenal de guerre découvert chez un pâtissier

C’est en suivant un colis suspect que les douaniers du Val-de-Marne sont remontés jusqu’à un pâtissier de 31 ans qui, de toute évidence, préparait le prochain conflit mondial. Ainsi, pas moins de 60 armes, dont des Kalashnikov, on été découvertes à son domicile. L’homme a été mis en examen avant d’être incarcéré provisoirement.

Il y a des passions qui coûtent parfois très cher. Ainsi, vendredi 7 avril, un homme de 31 ans a été condamné par la justice pour « possession illégale d’armes ». Et il faut dire que les douaniers du Val-de-Marne ont eu bien du mal à en croire leurs yeux au moment de la perquisition…

En effet, comme le révèle Le Parisien, les agents de douanes ont décidé de remonter un colis « suspect », le 3 avril dernier. Un colis qui les a directement conduit chez un pâtissier domicilié à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne). Une fois sur place, les forces de l’ordre sont tombées sur ce que l’on appelle un véritable arsenal de guerre !

UNE SOIXANTAINE D’ARMES

Et pour cause, selon le quotidien, l’homme était en possession de soixante armes. Parmi celles-ci : plusieurs Kalachnikov, des fusils à pompe ainsi que des mitrailleuses de la Seconde Guerre mondiale. Des milliers de munitions ont également été découvertes. Une source proche du dossier a par ailleurs confié au Parisien :

Outre les armes de guerre, il avait aussi en sa possession des pistolets automatiques de gros calibre de marque Glock et CZ. Ce suspect a assuré les avoir achetés sur des sites Internet, basés à l’étranger.

Malgré la passion évidente de ce trentenaire pour les armes, une question se pose néanmoins : serait-il à l’origine d’un plus vaste trafic ? Une question à laquelle tente de répondre la source :

C’est une des principales interrogations dans ce dossier. Ce suspect a, certes, une autorisation pour détenir douze armes, mais pas plus. Il soutient être un amateur. Son stock a été saisi et va désormais faire l’objet de vérifications par des experts.

Mais pour l’avocat du pâtissier, le son de cloche est tout autre. Ainsi, interrogé par le journal, Me Raphaël Chiche atteste :

Les deux tiers des armes qu’il détenait étaient démilitarisées et donc plus en état de fonctionner. Il y a certes un caractère infractionnel dans ce dossier puisqu’il ne pouvait pas être en possession d’autant d’armes, mais il faut raison garder. Mon client conteste fermement avoir alimenté un quelconque trafic.

En attendant d’autres éléments d’enquête, l’homme a été mis en examen avant d’être incarcéré provisoirement.

Publié le lundi 10 avril 2017 à 11:52, modifications lundi 10 avril 2017 à 11:56

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Vu sur le web

Vers le top