Faits divers

Ustaritz : Enceinte, la compagne d’Olivier (10 couples parfaits) assassinée à son domicile

Un meurtre particulièrement violent, inhumain et cruel s’est déroulé cette semaine au Pays Basque. Une jeune femme de 23 ans, enceinte, a été retrouvée morte à son domicile. Une enquête a été ouverte pour éclaircir les circonstances de ce crime. Le coupable n’aurait pas encore été interpellé.

STORY - Episode 5/6

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Une jeune femme, enceinte de huit mois, a été retrouvée morte, ligotée et les yeux bandés à son domicile cette semaine au Pays Basque. Selon des indications du parquet de Bayonne, relayées par la rédaction de Sud-Ouest, Mélodie Massé, 23 ans, aurait été découverte, inanimée, par son compagnon Olivier Espagne. Les faits se sont déroulés le mercredi 13 septembre à Ustaritz.

Deux vies fauchées : Mélodie Massé et l’enfant qu’elle portait

Mélodie Massé était une jeune élève infirmière à l’Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) Florence Nightingale Bagatelle de Bordeaux. Mélodie Massé s’était éloignée de cette ville suite à sa grossesse pour un cadre plus reposant à Ustaritz. La jeune femme était d’ailleurs à son huitième mois. Selon des précisions de Sud-Ouest, elle avait auparavant été lycéenne dans la ville de Saint-Jean-de-Luz.

Les éléments de réponses dévoilés par l’autopsie

Les résultats de l’autopsie pratiquée sur le corps de la jeune femme ont été communiqués ce vendredi à la mi-journée par le parquet de Bayonne. Les conclusions ont notamment permis de dévoiler des éléments clés pour l’enquête. Les causes de sa mort seraient directement liées à la violence et au traitement infligé par son ou ses agresseurs. Le décès de Mélodie Massé serait consécutif à un « syndrome asphyxique majeur, avec obstruction des voies aériennes supérieures ». Un bâillon aurait été apposé sur la bouche de la jeune femme. La victime aurait subi une agression physique particulièrement violente. Les médecins légistes ont constaté des « lésions traumatiques récentes de l’extrémité céphalique, avec fracture du nez ». L’enquête devra déterminer si la jeune femme a été victime de violences sexuelles.

Les circonstances du drame atroce à Ustartiz

D’après les premiers éléments de l’enquête, la jeune femme a été découverte sans vie, mercredi 13 septembre, vers 21h30. Le drame s’est déroulé dans un appartement loué par la mère de la victime. Ce logement est situé au cœur d’une grande maison à Ustaritz. Samuel Vuelta Simon, procureur de la République de Bayonne, a livré des éléments ce jeudi sur l’homicide d’une élève infirmière de 23 ans, enceinte de huit mois, survenu cette semaine. Cette jeune femme a été découverte sans vie par son conjoint à Ustaritz.

Le corps de la jeune femme, originaire de Béziers, était sur un lit dans une chambre. La victime était pieds et poings liés, les yeux bandés, et bâillonnée, le visage tuméfié. Les faits se sont donc déroulés mercredi 13 septembre entre 16 heures et 21 heures dans une maison du quartier Arrauntz à Ustaritz. Cette ville est située à une quinzaine de kilomètres de Bayonne. Le procureur de la République de Bayonne évoque « un acte criminel particulièrement violent ». La jeune femme serait morte suite à des coups répétés assénés au visage ainsi qu’au processus asphyxique provoqué par le bâillon.

Le compagnon de la victime est dévasté

Le quotidien régional Sud-Ouest a fait des révélations sur l’identité du compagnon de la jeune femme qui a découvert le corps. Olivier Espagne, qui déclare être le père de l’enfant, exerce la profession de comédien et de mannequin. Il a notamment participé récemment à un programme de télé réalité « 10 couples parfaits » sur NT1 sous le pseudonyme d’Olivier Den. Olivier Espagne s’était également impliqué dans le milieu associatif au Pays Basque. Le compagnon de la victime est dévasté et sous le choc. Il a depuis été pris en charge par une cellule psychologique par les services de l’hôpital de Bayonne. Il a été entendu dans le cadre des investigations.

Les enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie de Pau travaillent donc d’arrache-pied sur cette affaire. Une cinquantaine de gendarmes est ainsi mobilisée. La présence, dans la nature, de l’auteur des faits, proche ou éloigné de la victime, est d’ailleurs jugée extrêmement préoccupante. L’enquête de voisinage et les éléments de police scientifique pourraient donc permettre aux enquêteurs de progresser rapidement dans la résolution de cette affaire criminelle particulièrement violente sur une personne vulnérable et innocente.

Publié le vendredi 15 septembre 2017 à 17:58, modifications jeudi 21 septembre 2017 à 17:49

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !