Faits divers

Une messe en mémoire d’Alexia Daval, un an après son meurtre

Le souvenir d’Alexia Daval a été évoqué au cours d’une messe à la basilique de Gray, en Haute-Saône, en présence des parents de la victime.

STORY - Episode /30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Daval

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Il y a un an le corps d’Alexia Daval était retrouvé partiellement calciné dans un bois près du domicile du couple. Un an après le prêtre de la basilique de Gray en Haute-Saône, a évoqué ce dimanche 4 novembre, le souvenir de la jeune femme, devant ses parents, très émus.

Quelque 200 personnes

A l’intérieur de l’édifice, près de 150 personnes étaient venues assister à cette messe. A la demande des parents d’Alexia Daval, le père Laurent Bretillot, qui avait prononcé l’homélie aux obsèques de la jeune femme le 8 novembre, a ajouté le nom d’Alexia aux attentions de messe. Puis il s’est adressé à Isabelle et Jean-Pierre Fouillot.

Depuis un an, la famille d’Alexia est à l’écoute, devant les bruits assourdissants. Ils nous ont demandé de les accompagner dans une simple messe. Depuis un an, votre vie est exposée aux passants sans ménagement.

Cette messe de souvenir était une messe classique. En effet, nombreux, des 150 personnes présentes, étaient des paroissiens. Des fidèles qui pour beaucoup ont refusé de s’exprimer à la sortie de la messe. Par ailleurs, à l’issue de la cérémonie, les parents d’Alexia sont sortis de la basilique sans dire un mot. Les yeux rougis et mouchoirs à la main. Quant à la sœur d’Alexia et son mari, Grégory Gay, qui habitent à Paris, ils n’étaient pas présents lors de cette messe dominicale.

Retour sur une affaire hors norme

Un an après, les proches de la jeune femme peinent encore à réaliser les différents événements qui, au fil de l’année, se sont succédés. D’abord, la disparition puis le choc de la découverte du corps d’Alexia. Ensuite, l’autopsie qui avait révélé qu’elle a été victime de violences, de coups et a été étranglée. Pourtant, le pire était encore à venir trois mois plus tard. En effet, leur gendre, contre lequel les enquêteurs avaient discrètement accumulé des éléments, a été arrêté. Celui-ci a d’abord nié. Puis avoué et plaidé l’accident. Pour finalement accuser son beau-frère, Grégory Gay, d’être l’auteur du crime.

Depuis, l’instruction se poursuit. Elle pourrait s’achever d’ici l’été 2019. Par ailleurs, des confrontations entre Jonathann Daval, les parents, le beau-frère et la soeur d’Alexia devraient avoir lieu d’ici à la fin de l’année.

Publié le lundi 5 novembre 2018 à 8:37, modifications lundi 5 novembre 2018 à 8:13

Naviger dans la "Story"

Episode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !