Faits divers

Une fillette de 11 ans forcée de se changer car sa tenue “excitait” les garçons

A Clermont-Ferrand, Galliane ne comprend même pas comment cette polémique est possible. Sa fille portait en effet une tenue plutôt classique.

C’est une mère outrée qui s’est tournée sur les réseaux sociaux. Galliane (son pseudonyme) s’est épanchée sur Twitter après la mésaventure survenue à sa fille.

Renvoyée par le CPE

Mardi, elle a vu sa fille revenir de l’école sans la reconnaître ou presque. Le matin, elle partait avec un short en jeans. Mais le midi elle est revenue avec un vieux pantalon prêté par l’école. Que s’est-il passé entre temps ?

La CPE (ndlr: conseillère principale d’éducation) l’a obligée à se changer car elle portait un short et que ça excite les garçons

explique la mère de famille qui vit à Clermont-Ferrand. Elle publie les clichés sur Twitter pour que chacun puisse se faire une idée.

Pour la mère de famille, le problème réside ici dans les autres enfants, le problème d’éducation des garçons.

Je suis dans une colère noire ! Quand allons-nous éduquer les garçons et arrêter de brimer les filles ?

Deux fillettes auraient été forcées de se changer ainsi. Le pire ? La nouvelle tenue de sa fille ne respectait pas le règlement qui prescrit les vêtements négligés et provocants. Or, le jean était immonde et rapiécé. Contactée, la CPE a fourni une autre explication à cette affaire. Il aurait s’agit “d’habituer les élèves à avoir une tenue correcte, pour les habituer au monde du travail”. Pas sûr que cela soit vraiment de son ressort…

Du côté des internautes, les réactions ont été très différentes d’un cas à l’autre. Mais Galliane explique avoir reçu plusieurs témoignages similaires.

J’ai reçu des centaines de témoignages de jeunes filles qui ont subi cette politique de la tenue vestimentaire qui ne doit pas être provocante pour ne pas déconcentrer les garçons. Ma fille n’a pas inventé cette justification, elle a lieu partout. On interdit dans tous les collèges et lycées des shorts, mais aussi des débardeurs et les bretelles fines sous prétexte que ça excite ou déconcentre les garçons. Et l’argument du monde du travail n’en reste pas moins sexiste puisqu’il fait le jeu du patriarcat où la femme, plus que l’homme, doit répondre aux injonctions sur son apparence et physique

relaie Terra Femina. Il reste donc encore beaucoup de travail.

Publié le samedi 8 septembre 2018 à 10:03, modifications samedi 8 septembre 2018 à 9:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !