Faits divers

Tremblay-en-France : Un vaste réseau de trafic de cannabis démantelé

Les chiffres sont particulièrement impressionnants. Ainsi, début mars, plusieurs personnes ont été interpellées dans le cadre d’une opération visant à démanteler un vaste réseau de trafic de cannabis. Au total, pas moins de 231 millions d’euros ont été brassés entre 2010 et 2012. Un père de famille vivant à Tremblay-en-France serait au cœur du dossier !

Début mars, les enquêteurs démantelaient un vaste réseau de trafic de cannabis. A la tête de ce réseau : Sayed Maricar, un père de famille de 35 ans domicilié à Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis. Selon les premiers éléments de l’enquête, ce « petit business » aurait rapporté plusieurs centaines de millions d’euros entre 2010 et 2014.

Au total, pas moins de 27 personnes sont soupçonnées d’avoir participé à ces opérations illégales. Toutes ont été présentées devant le tribunal correctionnel. Une information révélée par Le Parisien, qui indique que l’affaire a été lancée après qu’une machine à compter les billets dérangeait la voisine de Sayed Maricar !

231 MILLIONS D’EUROS EN DEUX ANS

Toujours selon le quotidien, ce trafic aurait brassé pas moins de 231 millions d’euros entre 2010 et 2012 seulement. Les montants exacts pour la période 2010-2014 restent donc à définir. Sayed Maricar aurait pour sa part touché 523.000 euros entre 2010 et 2012. Une somme remise en question pour l’avocate de ce père de famille.

Mais alors, comment ce petit réseau a-t-il bien pu récolter autant d’argent ?
Comme l’atteste le site de RTL, qui cite Le Parisien :

C’est grâce à une organisation millimétrée que ce trafic a pu fonctionner. Comme le relate Le Parisien, Il trouve son origine au Maroc, où un banquier occulte, surnommé le “saraf”, récupérait l’argent de la vente du trafic de cannabis, en France et en Europe. Le banquier occulte du Maroc et son frère, avec qui il opère, font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Et d’ajouter :

Le trafic était assuré par plusieurs personnes qui traversaient l’Hexagone en train et récupéraient des portions de cannabis, qu’ils faisaient remonter ensuite à Sayed Maricar, parmi d’autres personnes engagées. Le père de famille divisait alors l’argent liquide en deux circuits. Ainsi, une partie était envoyée à Dubaï, où le frère du banquier marocain le récupérait, soit directement via des bureaux de change, avant de reverser les fonds aux clients du banquier.

Une fraction de ce trafic servait également à la contrebande d’or. Un stratagème passant cette fois par la Belgique, et qui aura permis à Sayed Maricar de récupérer plus de 7 millions d’euros entre 2013 et 2014.

Le « plus grand trafiquant de Tremblay-en-France », d’origine indienne, était sans emploi…

Publié le lundi 3 avril 2017 à 13:53, modifications lundi 3 avril 2017 à 12:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !