Faits divers

Seine-et-Marne : Condamnation de 3 hommes pour prostitution sur leurs amies mineures

Les deux jeunes femmes de 15 et 16 ans enchaînaient les "passes"

Le trio de délinquants utilisait les sites de petites annonces telles que “vivastreet” afin d´organiser les rencontres entre les clients et les jeunes filles en Seine-et-Marne. Ainsi donc, les “passes” avaient lieu dans des hôtels bas de gamme, des logements privés ou même encore des voitures garées sur des parkings de centres commerciaux.

Des “passes” à un rythme effréné

Les adolescentes enchaînaient parfois jusqu´à 70 “passes” par semaine. Les tarifs allaient de 50 à 90 euros la demi-heure. A priori, les 2 filles amoureuses, étaient sous l’emprise des prévenus. Ils ont commencé à les manipuler en leur proposant de vendre leur corps à des inconnus.

Des jeunes femmes inconscientes

Mr Sami Idir avocat de l’un des prévenus déclare:

il n’y a eu aucune pression ou contrainte sur les mineurs.

Celui-ci explique que les demoiselles n’avaient pas conscience de la gravité de ce qu’elles faisaient. D´après lui, elles-mêmes considéraient le sexe comme un business. Cependant, d´après d´autres sources judiciaires, l’une d’elles était toutefois régulièrement sous influence de la cocaïne. Un moyen pour elle de tenir le coup et d’être opérationnelle pour suivre les cadences infernales de passes.

Finalement, l’un des prévenus a été incarcéré à l’issue de l’audience, après avoir été condamné à quatre ans de prison, dont trois ferme. L’autre coprévenu condamné également à la même peine s’est vu délivrer un mandat d’arrêt puisqu´il avait disparu au moment du délibéré nocturne.

Le troisième compère qui servait principalement de chauffeur, s’est vu infliger quant à lui une peine de dix-huit mois ferme. Il n’a pas été incarcéré.

Un jugement plutôt “gentil” pour les clients et hôteliers

Dans l’ensemble environ 10 clients ont été identifiés et ont subi un simple rappel à loi .Quant aux hôteliers, aucun d’entre eux n’a été poursuivi. Un jugement plutôt clément sachant que les jeunes filles étaient mineures.

Concernant les sites de rencontres, ici encore aucun fait reproché. Pourtant, ceux-ci font de sérieux profits grâce à ce genre d’annonce. Par ailleurs, une enquête a été ouverte à Paris en février dernier pour “proxénétisme aggravé” dont fait l’objet le site de “vivastreet”. En effet, il est l’un des principaux sites internet de petites annonces en France. De surcroît une plainte l’accusant d’héberger des milliers de petites annonces de prostitution déguisée a été déposé.

Quoi qu’il en soit, la réglementation devrait commencer à se durcir un peu plus pour ce genre de site qui ne contrôle pas forcément leur contenu afin d’éviter ce genre d’affaires sordides par exemple.

 

Publié le jeudi 25 mai 2017 à 14:18, modifications jeudi 25 mai 2017 à 14:18

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !