Faits divers

Paris : Scandale suite à la fouille d’un handicapé à la gare de Lyon

Une vidéo postée le mardi 3 mai sur Facebook dévoile un contrôle de police pour le moins controversé. Devenue virale, la vidéo, dans laquelle on peut y voir des fonctionnaires de police fouiller un handicapé obligé de retirer ses prothèses pour se justifier, suscite l’indignation auprès des internautes.

Témoignant sur France 24 après son contrôle à l’origine de la polémique, François Bayga dit s’être « senti complètement humilié » après les faits survenus dans la gare de Lyon, à Paris.

Publiée mardi 3 mai sur Facebook, la vidéo montre cet homme handicapé, sans ses prothèses de jambes, assis sur le sol d’un quai de RER, pantalon retiré. Venant de faire l’objet d’un contrôle d’identité, ses béquilles, son téléphone et son sac jonchent le sol alors que les trois policiers s’éloignent, malgré les appels de la personne filmant avec son smartphone.

https://www.facebook.com/jeandidier.bakekolo/videos/1112357215488893/

Accusé par les forces de l’ordre d’avoir volé le téléphone en sa possession, François Bayga a admis ne pas avoir de papiers dans la mesure où sa demande de régularisation est « encore en attente à la préfecture », ce à quoi les policiers auraient répondu qu’il n’avait rien à faire dans la gare. L’homme détaille les faits pour France 24 :

J’ai commencé à m’énerver, je ne comprenais pas ce qu’ils voulaient. J’ai été plaqué contre le mur et tandis que je me débattais l’un des policiers me tirait la jambe. Ils voulaient savoir ce que j’avais sur moi, je leur ai dit plusieurs fois : ‘Ce sont des prothèses’. Ils ont insisté pour me fouiller. J’ai alors tout enlevé. Je me suis assis par terre pour leur montrer qu’ils avaient eu ce qu’ils voulaient.

Pour l’auteur de la vidéo, c’est bel et bien « une fouille d’une brutalité inouïe » qui s’est déroulée au sein de la gare parisienne, comme il l’indique dans le descriptif de la vidéo postée sur le réseau social.

Interpellée par France 24 sur ce contrôle controversé, la police de Paris s’est refusée à tout commentaire, invitant néanmoins François Bayga à déposer plainte. Mais la viralité de la vidéo aidant, le Défenseur des droits a d’ores et déjà entamé une instruction, comme l’organisme l’a annoncé sur Twitter quelques heures après les faits :

Congratulée suite aux attentats du 13 novembre dernier, la police fait face depuis plusieurs semaines à une vague de contestation, notamment suite à plusieurs affaires survenues lors des rassemblements d’opposition à la loi travail.

Publié le vendredi 6 mai 2016 à 10:09, modifications vendredi 6 mai 2016 à 10:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !