Faits divers

Paris : Fausse alerte attentat dans un bus

trois personnes ont semé la panique et l'inquiétude en menaçant d'explosion

Un bus de la ligne 91 dans le 13eme arrondissement a provoqué une vague de panique ce mardi vers 19 h. En effet trois passagers ont menacé de faire exploser le bus. Ainsi une vaste opération de police a donc été mise en place et le quartier bouclé. Au final, cela s’est révélé être fort heureusement un faux avertissement

L’intervention s´est produite ce mardi 30 mai à Paris dans le quartier des Gobelins, aux alentours de 19 h. Le quartier avait été bouclé et sécurisé dans l’éventuel cas d’un acte terroriste. En effet de jeunes passagers présents dans le bus auraient lancé des menaces en ce sens. La France est toujours en état d’urgence, surtout après les récents attentats de Manchester alors la police est sur le qui-vive.

Les passants ont pu assister à une scène de guerre: les policiers équipés de gilets pare-balles et avançant l’arme au poing. Des photos de policiers armés en train d’interpeller deux des individus ont circulé sur les réseaux sociaux. De ce fait de nombreuses hypothèses et spéculations ont commencé à émerger.

Des menaces “en l´air”

Très vite les trois hommes ont été contrôles par les forces armées. Finalement malgré l’ampleur de la scène, les délinquants étaient loin d’être des terroristes. Ainsi ils auraient tout simplement lancé cette menace pour éviter un contrôle de leur titre de transport. C’est-à-dire que lorsque la RATP est arrivé pour les contrôler, ils ont proliféré les menaces d’explosions.

Les trois jeunes hommes risquent de payer leurs propos plus cher que le prix d’un simple ticket de bus. En effet, d’après l’article 322-14 du Code pénal  “le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu’une destruction, dégradation ou détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est punie de 2 ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende” . Il en est de même pour “le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l’intervention inutile des secours”.

Enfin, après avoir minutieusement inspecté le bus et des alentours, l’alerte a été levée par la police. Chacun a pu reprendre le cours de sa soirée avec plus de sérénité.

Publié le mercredi 31 mai 2017 à 17:33, modifications mercredi 31 mai 2017 à 21:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !