Faits divers

Niort : Une salariée handicapée « séquestrée » par son patron

Une employée handicapée du Conforama de Niort a été retenue contre son gré par son supérieur afin qu’elle lui remette son carnet de notes aux informations compromettantes.

Ce mercredi 15 mars, une manifestation a été organisée à 9h30 devant le magasin Conforama de Niort. La CGT souhaite marquer le coup en pointant du doigt la manière dont a été traitée une employée handicapée dans ce magasin.

Des conditions de travail inadaptées

La CGT est revenue sur les faits qui se sont déroulés samedi 25 février dernier :

Une salariée, handicapée, a été enfermée et retenue dans un local exigu afin de lui soustraire son carnet, son journal personnel.

Le directeur du magasin n’a pas voulu répondre à nos confrères de La Nouvelle République. Ces derniers ont pu recueillir les confessions de l’employée en question.

Nadine, hôtesse SAV, travaille pour l’enseigne depuis plus de 10 ans. C’est après des problèmes de santé apparus par la suite que son handicap, attesté médicalement, est survenu. Elle précise qu’elle a pu obtenir un aménagement de poste avant sa remise en cause en 2015 sous une nouvelle direction.

A deux reprises, j’ai contacté l’inspection du travail et, à deux reprises, cet aménagement de poste a été rétabli, mais seulement sur injonction de l’inspection du travail.

Les « dégradations » de ses conditions de travail ne cessaient de s’accumuler. Nadine avait pris le soin de tout noter dans son journal personnel afin d’en garder une trace. La CGT a par la suite déclaré :

L’indifférence, voire le mépris envers sa situation de handicap est juste insoutenable ! […] La CGT Conforama dénonce depuis 2015 les agissements répétés de la direction, ayant pour effet une dégradation de ses conditions de travail, portant atteinte à ses droits, à sa dignité, altérant sa santé physique et mentale, ainsi que son maintien dans l’emploi.

Séquestrée pour un carnet de notes

Dans l’après-midi du samedi 25 février, son supérieur l’aurait conduite dans un « local exigu ». Elle y aurait été retenue contre sa volonté.

Il voulait que je lui donne mon carnet.

Cette dernière a donc commencé à empoigner son portable et a pris des clichés de la scène. Ne voulant pas écouter son supérieur, Nadine a fini par être relâchée par celui-ci au bout de 15 à 20 minutes. En état de choc, elle s’est ensuite mise à faire une crise d’épilepsie avant d’être évacuée par les sapeurs-pompiers.

Le lendemain, Nadine a déposé plainte. Selon elle, elle a été victime de discrimination au handicap ainsi que de discrimination syndicale puisqu’elle est devenue militante CGT en 2015.

Publié le mercredi 15 mars 2017 à 12:04, modifications mercredi 15 mars 2017 à 12:07

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !