Faits divers

Mort subite d’un nourrisson : La faute à l’assistante maternelle !

Un nouveau-né est victime d’une MSN. L’enquête révèle que son assistante maternelle l’avait laissé sans surveillance pendant 20 minutes environ.

 Les faits ont eu lieu le lundi 26 mars 2018. Léo, un nourrisson de quatre mois et demi, a trouvé la mort au domicile de la nourrice. Celui-ci se trouve dans les Hauts-de-Seine, à Courbevoie. Effectivement, les enquêteurs déclarent qu’il s’agit d’une MSN, ou mort subite du nourrisson. Il s’agit d’un phénomène qui survient pendant les premiers mois suivant la naissance du bébé.

Défaut de surveillance de l’assistante maternelle

Le Parisien rapporte le samedi 3 novembre 2018 que les enquêteurs ont exploré toutes les pistes sur la mort du nouveau-né. Finalement, ils ont pointé du doigt le manque de surveillance de la part de la nounou.

En effet, les enquêteurs ont trouvé le nouveau-né allongé sur le ventre. Or, c’est une position fortement déconseillée, surtout quand personne ne veille à ce que l’enfant ne s’endorme pas.

Pourtant, dans cette affaire, outre cette position, la nourrice est accusée d’avoir également laissé le nourrisson sans surveillance pendant 20 minutes. Un manque de surveillance qui a coûté la vie au nouveau-né.

Homicide involontaire

Actuellement, la nourrice est mise en examen pour homicide involontaire.

Néanmoins, l’enquête met en cause également la défaillance des services du département. Effectivement, la nourrice a de nombreuses fois manqué à ses devoirs. La protection maternelle et infantile (PMI) a souligné plusieurs manquements aux règles de sécurité. Pourtant,  les services du département ont continué de la laisser s’occuper d’enfants.

Faute de la nourrice mais aussi du département des Hauts-de-Seine

L’avocat des parents de Léo a clamé « une défaillance coupable » de la part de la nourrice. De même, il demande aussi une mise en examen du département des Hauts-de-Seine pour homicide involontaire.

De cette affaire ressort également une préoccupation nationale :

Les assistants maternels sont-ils sanctionnés correctement quand des anomalies surviennent dans leur travail ?

Pour l’heure, la direction des statistiques du ministère de la Santé déclare qu’il n’y a pas encore de donnée précise sur le nombre de retrait d’agréments.

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 8:05, modifications lundi 5 novembre 2018 à 14:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !