Faits divers

Meurtre d’Alexia Daval : Dans sa nouvelle version, Jonathann Daval affirme que toute la famille est complice

Le récit des événements qui se seraient produits le 27 octobre 2017 incrimine toute la famille Fouillot

meurtre-dalexia-daval-dans-sa-nouvelle-version-jonathann-daval-affirme-que-toute-la-famille-est-complice

Dans la dernière version du meurtre de sa femme donnée par Jonathann Daval, tous les membres de sa belle-famille seraient impliqués. L’accusé a livré le détail de sa nouvelle version des faits aux enquêteurs : le récit d’une « soirée raclette » et d’un « pacte secret ».

STORY - Episode 26/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Daval

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Le jeune homme qui a avoué en janvier 2018 être responsable du meurtre de sa femme Alexia Daval, n’en finit plus de modifier sa version de la nuit fatidique. Dans ses derniers aveux, dont il a fait part au juge d’instruction lors d’une audience fin juin dernier, celui-ci dresse le récit d’un curieux scénario : l’auteur du crime ne serait autre que son beau-frère, Grégory Gay, qui à l’occasion d’une soirée en famille, aurait accidentellement tué Alexia dans la salle de bain en tentant de calmer l’une de ses crises « d’hystérie ».

Mais les “révélations” qu’entend faire Jonathann Daval sur ce fameux soir ne s’arrêtent pas à l’incrimination de l’époux de Stéphanie, la sœur d’Alexia. Car l’informaticien charge à présent les membres de la famille Fouillot (nom de jeune-fille d’Alexia), dont les parents de la victime qui étaient présents ce soir-là. Et l’incroyable déroulé de la soirée selon l’accusé a de quoi surprendre.

Une “crise d’hystérie” d’Alexia à l’origine du drame ?

Selon les dires de Jonathann, la mort de sa femme serait survenue à l’issue d’une « soirée raclette » organisée par ses beaux-parents à leur domicile de Gray, en Haute-Saône. Stéphanie et Grégory Gay étaient également présents, venus de la région parisienne pour fêter les deux ans de leur enfant en famille. Le drame débute lorsqu’Alexia se « crispe » après une « nouvelle crise d’hystérie » provoquée par un traitement contre l’infertilité que prenait la jeune femme. S’en serait suivie une réaction violente, Alexia étant devenue « incontrôlable », hurlant après chacun. En tentant de raisonner sa belle-sœur avec qui il s’était enfermé dans la salle de bain, Grégory Gay aurait été griffé et mordu par celle-ci. Ce qui d’après Jonathann justifierait les traces retrouvées sur les bras de sa femme.

L’idée d’un “pacte secret” pour protéger Grégory Gay, père de famille

En sortant, Alexia toujours colérique s’en serait prise à sa sœur, la giflant et bousculant son jeune neveu dans son élan. Tandis que les grands-parents du petit, l’auraient emmené à l’abri dans la cuisine, une rixe aurait éclatée à l’étage entre Grégory Gay, venu défendre sa femme, et sa belle-sœur, avant de faire place au silence. A la question de savoir si Alexia se portait bien, Gregory Gay redescendu au rez-de chaussé aurait répondu : “ Non pas trop, je l’ai étranglée.“. La famille aurait alors constaté le décès d’Alexia et décidé de conclure un « pacte secret » pour protéger Grégory et préserver le couple Gay, parents d’un enfant en bas âge.

Après concertation, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, Grégory et Stéphanie Gay, de concert avec Jonathann Daval auraient décidé de simuler une mauvaise rencontre d’Alexia durant son jogging, car la jeune femme venue après sa séance d’exercices réguliers avait apporté son sac de sport au dîner. Jonathann aurait ensuite été raccompagné en voiture par Stéphanie pour le « soutenir », le cadavre de sa femme transporté dans un autre véhicule, lui aurait été remis pour qu’il le dépose à l’endroit prévu. Concernant la suite des événements, Jonathann Daval maintient sa première version. Il a déplacé le corps d’Alexia dans sa voiture professionnelle vers 1h30 du matin, avant de l’abandonner aux alentours de 8 heures du matin à proximité du bois d’Esmoulin. Le gendre aurait averti sa belle-famille de l’endroit où il a déposé le corps, sous-entendant aux enquêteurs que Grégory connaissait le lieu et qu’il aurait pu ensuite s’y rendre pour tenter de brûler la dépouille et effacer son ADN.

Un nouveau détour pour l’enquête

Cette « soirée raclette » chez les parents Fouillot qui aurait viré au drame a laissé perplexe l’avocat de la famille, Maître Jean-Marc Florand, abasourdi que l’accusé rejette la faute sur autant de protagonistes à la fois, le qualifiant demachiavélique. Toujours est-il que l’enquête va désormais s’orienter vers la piste de la complicité familiale, vérifiable à l’aide du système de géolocalisation des portables de chacun des membres de la famille Fouillot mis en cause.

Publié le vendredi 13 juillet 2018 à 14:40, modifications samedi 14 juillet 2018 à 12:06

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !