Faits divers

Mantes-la-Jolie : un patient admis aux urgences la veille retrouvé mort sur le parvis de l’hôpital

Alors qu’il avait été admis aux urgences la veille, un homme de 62 ans a été retrouvé mort sur le parvis de l’hôpital de Mantes-la-Jolie ce lundi 28 janvier 2019. L’hôpital se dit “très affecté par ce décès”.

Ce dimanche 27 janvier, un homme de 62 ans est amené par les pompiers dimanche à l’hôpital François Quesnay. Selon le parquet relayé par nos confrères de BFM TV, le patient souffrait pour un “syndrome de surconsommation d’alcool”. Admis aux urgences, l’homme avait été “pris en charge par l’infirmière” et était “régulièrement surveillé par elle dans l’attente d’un avis médical”. Or, lundi matin, il est retrouvé mort par les vigiles du centre hospitalier.

Les effectifs médicaux et paramédicaux étaient complets

Dans un communiqué publié mercredi soir, la direction de l’hôpital explique que le patient est “sorti du service des urgences à l’insu des équipes hospitalières dans la nuit de samedi à dimanche”. 

Pour tenter de connaître les circonstances de sa sortie des urgences, et les “causes de son décès” le parquet a décidé d’ouvrir une enquête. De son côté, la direction de l’hôpital a donné quelques précisions.

Les effectifs médicaux et paramédicaux étaient complets et l’affluence importante

Avant d’ajouter que son “départ a fait l’objet d’un signalement à la police” et la “procédure prévue” a été “déclenchée”. Une enquête interne a également été ouverte.

“Très affecté(e) par ce décès”, la direction “rencontrera cette semaine la famille du patient à qui elle présente ses condoléances”. Elle a d’ailleurs également rendu “hommage à tous les personnels”. 

Bernard Landais, élu du syndicat FO à l’hôpital, a toutefois tenu à rappeler le contexte hivernal avec une “période de grippe et de syndromes grippaux”, avant d’ajouter que “les effectifs sont à la hauteur des locaux mais pas de la population”.

En effet, Bernard Landais a tenu à préciser que “les urgences du centre hospitalier ont été construites pour 17.000 patients par an, nous en sommes à 43.000 patients par an”. Une saturation que le personnel soignant déplore.

Tout le monde est sur le terrain pour savoir ce qu’il s’est passé. (…) C’est d’une tristesse infinie, le personnel de l’hôpital est marqué par ce qu’il s’est passé.

Rappelle-t-il cependant.

Publié le jeudi 31 janvier 2019 à 12:16, modifications jeudi 31 janvier 2019 à 15:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !