Faits divers

Lot-et-Garonne : 35 poules et 90 palombes tuées à la hache lors de vols

Plusieurs individus se seraient livrés à des actes de barbarie envers des animaux en Lot-et-Garonne. Des poules et des palombes ont été tuées sauvagement et de manière totalement gratuite. Les enquêteurs vont devoir rapidement élucider cette affaire afin que les éleveurs et les agriculteurs de la région soient rassurés.

Des animaux ont été sauvagement tués cette semaine en Lot-et-Garonne. Selon des informations de Sud-Ouest, les faits se sont déroulés à Miramont-de-Guyenne et à Saint-Colomb-de-Lauzun. L’enquête pourrait créer un vent de panique chez les éleveurs.

Des poules massacrées à Miramont-de-Guyenne en Lot-et-Garonne

Un couple d’agriculteurs à Miramont-de-Guyenne a découvert avec stupeur une scène d’horreur sur leur exploitation. Un ou plusieurs individus se seraient introduits dans une grange. La porte de l’enclos aurait été fracturée à coups de hache. Les agresseurs auraient dérobé une tronçonneuse et une débroussailleuse à l’intérieur de la grange. Les responsables de cette infraction auraient ensuite tué 35 poules avec l’aide d’une hache. Une dizaine de ces animaux ont été décapités. Selon des informations de France Info, les agresseurs présumés auraient emporté les corps des volatiles. L’éleveur de volailles a uniquement retrouvé les têtes de ses animaux.

Une attaque similaire contre des palombes à Saint-Colomb-de-Lauzun

Cet acte inqualifiable de maltraitance animale est d’autant plus inquiétant que des faits similaires sont survenus deux jours plus tôt. Des gendarmes sont en effet tombés sur une scène de crime inimaginable. Les dépouilles de 90 palombes massacrées à la hache ont été découvertes dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Colomb-de-Lauzun. Là encore, de nombreux outils ont été dérobés. Les oiseaux ont, là aussi, été décapités selon France Info. Les voleurs n’auraient laissé que les têtes et les pattes des palombes.

Les principaux suspects sont toujours en fuite

Ces deux attaques, d’une rare cruauté envers des animaux d’élevage, restent un vrai mystère. S’agit-il d’une vengeance, d’un geste de personnes déséquilibrées ou d’actes déviants liés à la pratique du satanisme ? La piste privilégiée reste l’hypothèse du vol des outils agricoles et des corps des volatiles. La brigade de gendarmerie de Miramont-de-Guyenne est chargée de l’enquête selon des précisions de la rédaction de Sud-Ouest. Après ces deux vols sauvages et d’une rare cruauté envers les animaux, la gendarmerie, qui constate la similarité des modes opératoires, invite les éleveurs de la région à plus de vigilance.

Publié le samedi 30 septembre 2017 à 14:02, modifications samedi 30 septembre 2017 à 10:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire