Faits divers

Kazakhstan : un enfant de 3 ans assiste à la mort de sa mère

Kazakhstan

Une fillette âgée de trois ans a assisté à la mort de sa propre mère au Kazakhstan. La jeune femme s’est vidée de son sang après que l’ascenseur lui a arraché la jambe.

Des problèmes d’ascenseur

Une petite fille, âgée de seulement 3 ans, a assisté à la mort de sa propre mère. Aizat Abdisamat, 27 ans, une présentatrice de télévision bien connue au Kazakhstan, allait se promener lorsque les portes de l’ascenseur se sont refermées sur sa jambe.

Comme le mécanisme fonctionnait mal, l’ascenseur a commencé à descendre et a arraché la jambe de la jeune femme. L’accident tragique s’est produit dans le bâtiment où vivait la famille à Aktobe. Aizat habitait au sixième étage. Elle est morte presque immédiatement après l’accident.

Retrouvée dans une mare de sang

Sa fille est restée prisonnière de l’ascenseur pendant plus d’une heure. Libérée par les pompiers,  elle se trouvait au milieu d’une mare de sang, à côté du corps de sa mère. Elle pleurait et était paniquée.

La fillette souffrait d’une blessure à la tête et a été transportée à l’hôpital. Elle y est restée hospitalisée, profondément traumatisée. Le mari d’Aizat a également reçu un soutien psychologique.

Aizat Abdisamat était l’une des présentatrices les plus célèbres du Kazakhstan. Elle présentait des émissions infantiles et le journal télévisé du matin. Ses collègues l’ont décrite comme une personne douce et une excellente professionnelle.

Je travaillais avec Aizat depuis 2013. Nous sommes tous en état de choc. On a du mal à y croire. C’est effrayant ! C’est une mort horrible,

a déclaré Konysbek Terekuly, le journaliste qui présentait avec Aizat les infos du matin sur la chaîne Kazakhstan-Aktobe.

Une panne d’ascenseur a entraîné la mort d’un bébé de six mois et de sa mère, en mars dernier, en Crimée.

Publié le lundi 9 avril 2018 à 15:02, modifications lundi 9 avril 2018 à 17:47

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !