Faits divers

Insultes racistes, violences, conduite en état d’ivresse : Quand un policier d’élite parisien dérape

Un policier de la Brigade de répression du banditisme a été interpellé, dimanche 31 juillet 2016 à Paris, ivre au volant d’une voiture de service. Ce dernier n’était pas dans son état normal et aurait complètement dérapé et tenu des propos racistes.

Le week-end n’a pas dû être facile pour ce policier en civil. Complètement ivre, il a été interpellé dimanche 31 juillet à Paris. Comme le rapporte nos confrères du Parisien, le brigadier d’élite parisien aurait eu un différend avec le conducteur et le passager d’un deux-roues au niveau du quai Anatole-France, dans le 7e arrondissement. Ce n’est pas le premier scandale pour la BRB (Brigade de répression du banditisme). Une réputation une fois de plus mise à mal. Sur une vidéo amateur, on aperçoit l’agent bourré alors qu’il conduisait une voiture de service. Il aurait par ailleurs tenu des propos racistes envers des collègues. Un témoin, Loïc témoigne au Parisien :

Au feu rouge, il a fait une drôle de marche arrière. J’étais avec un ami à scooter. Il a failli nous renverser. Je suis descendu et on s’est embrouillés. Il m’a poussé contre une grille.

L’altercation a été filmée :

Il est bourré, répète l’un des jeunes dans la vidéo. En plus, il est flic.

Deux policiers tentent de calmer leur collègue. Mais ce dernier s’emporte et ne se contrôle plus :

Sales nègres. Vous les noirs et les bougnoules, vous n’avez rien à faire dans la police.

Le témoin, Loïc, ajoute :

C’est dingue, bien qu’il les ait insultés de tous les noms, il a carrément eu un traitement de faveur. Ils ne l’ont même pas menotté. En plus, il a refusé de se soumettre à l’alcootest.

Le policier ivre a finalement été maîtrisé et emmené au poste après plus d’une heure et l’intervention d’une dizaine de policiers de la Direction de l’ordre public et de la circulation. Une enquête administrative a été ouverte  au 36 quai des Orfèvres, siège de la direction régionale de la police judiciaire. L’Inspection générale de la police nationale n’a pour l’instant pas été saisie.

Le policier mis en cause a été déféré mardi 2 août 2016 et sera jugé à une audience ultérieure pour conduite en état d’ivresse, outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique et violences sans interruption temporaire totale de travail, d’après le parquet. Aucune sanction judiciaire n’a été prise à son encontre pour le moment. L’homme n’a pas été suspendu de ses fonctions.

Publié le jeudi 4 août 2016 à 17:06, modifications jeudi 4 août 2016 à 16:44

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !