Faits divers

Isère : Une enfant retrouvée morte, la tête coincée dans les barreaux de son lit

Vendredi, le personnel de la structure d’accueil d’urgence “La Courte échelle” à Jardin, près de Vienne, en Isère, a retrouvé une petite fille de 10 mois inanimée. Cette dernière avait la tête coincée dans les barreaux de son lit, qui s’avérerait pourtant être aux normes. Une enquête a immédiatement été ouverte.

Une fillette de 10 mois a été retrouvée morte, vendredi 7 avril, à la structure d’accueil d’urgence “La Courte échelle” de Jardin, en Isère. Une information révélée par France Bleu Isère, qui indique que l’enfant a été retrouvée inanimée dans son lit, la tête coincée entre les barreaux.

Pour l’heure, les circonstances de ce drame restent indéterminées. Une chose est sûre : la petite fille avait été confiée au centre d’accueil en juillet dernier. En effet, un placement ordonné par le tribunal de Vienne (Isère) après que ce dernier ait constaté une incapacité des parents à s’occuper de leur progéniture.

UNE AUTOPSIE ORDONNÉE

Présents sur place au moment des faits, quatre membres du personnel de l’établissement ont tenté de réanimer la jeune victime. En vain. Ainsi, comme le précise le site de France Info :

Le décès de la fillette a été constaté peu avant 21 heures vendredi.

Pour les enquêteurs, le lit dans lequel a été retrouvé la fillette était aux normes. Aussi, ces derniers ont immédiatement procédé aux auditions d’usage du personnel de la structure d’accueil. Ce dernier s’est avoué « sous le choc », ce qui a directement conduit à la mise en place d’une cellule psychologique.

Comme le rappelle France Info, la pouponnière “La Courte échelle” fut ouverte en Isère en juillet 2003. L’établissement jouit d’une bonne réputation dans la région. Ainsi, ce dernier compte actuellement 20 enfants et emploie une trentaine de personnes.

Publié le mercredi 12 avril 2017 à 12:58, modifications mercredi 12 avril 2017 à 12:58

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !