Faits divers

Inde : Mordue par un serpent, elle s’étouffe sous du fumier

La femme avait été placée sous le fumier, celui-ci étant supposé absorber le venin.

Un conseil d’un charmeur de serpents

Dans la région d’Uttar Pradesh en Inde, une femme est décédée à cause d’anciennes croyances. Mordue par un serpent, elle a été enterrée dans du fumier. Ses proches pensaient ainsi aspirer le venin. Elle est morte étouffée. 

C’est une histoire un peu folle que racontent nos confrères du journal britannique The Sun. Celle de Devendri, une femme indienne âgée de 35 ans. Elle est mordue par un serpent venimeux alors qu’elle est en train de ramasser du bois pour cuisiner. La mère de cinq enfants se trouve alors en danger de mort. Vite, elle rentre chez elle pour avertir son époux et qu’ils puissent trouver une solution. Ils décident de demander l’aide du spécialiste local de ce type d’animaux : le charmeur de serpents. Celui-ci conseille à l’homme de recouvrir sa femme avec du fumier. Cela permettrait selon lui d’absorber le venin.

Devant sa maison et sous les yeux des habitants du village celui-ci s’exécute alors. Le charmeur de serpent s’installe à côté et commence à réciter des mantras. Mais, le temps passe et rien ne change. Au bout de 75 minutes, l’hommes e rend compte que sa femme ne respire plus, elle est décédée.

Après les faits, le père de famille a essayé de se justifier en expliquant avoir tenté plusieurs solutions pour sauver sa femme.

Nous avons essayé quelques médicaments, de la poudre moulue, nous lui avons attaché une corde à la main. Mais un charmeur de serpents nous a conseillé de la couvrir de fumier. Je ne pensais pas qu’elle pouvait mourir, je pensais vraiment qu’elle survivrait, que cela l’aiderait.

Le charmeur de serpent qui pense que l’animal était un cobra a reconnu que la femme était morte parce qu’elle avait été enterrée.

Publié le dimanche 6 mai 2018 à 8:39, modifications samedi 5 mai 2018 à 22:23

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !