Faits divers

Ils se filment en train de violer une adolescente et écopent d’une simple condamnation pour “abus sexuel”

Les agresseurs ont reçu un verdict clément lors de leur procès très médiatique, qui s’est achevé ce jeudi 26 avril, suscitant ainsi une mobilisation nationale contre le viol en Espagne.

Le verdict de ce procès très médiatique en Espagne a été rendu ce jeudi 26 avril 2018. Il concerne un groupe de 5 hommes âgés de 25 à 28 ans, accusés d’avoir violé une adolescente de 18 ans tout en filmant leur crime. Ces derniers ont pourtant reçu une condamnation assez clémente étant donnée la gravité des faits qui leur sont reprochés, ce qui a provoqué un vaste mouvement de protestation en Espagne.

Des faits extrêmement graves

Les 5 agresseurs, originaires de Séville, ont accosté en juillet 2016 une adolescente de 18 ans sous l’emprise de l’alcool. Après lui avoir proposé de la raccompagner, ils l’ont violée tout en se filmant pendant l’acte, avant de partager le film sur WhatsApp, dans un groupe nommé “La meute”. La victime  qui a été retrouvée en état de choc sur un banc le lendemain matin, a ensuite dénoncé ses agresseurs à la police.

Pourtant, malgré ces accusations sans équivoque, les agresseurs ont été condamnés à 9 ans de prison pour simple “abus sexuel” et à une amende de 10 000 euros. En effet, les juges ont rejeté l’accusation de viol, donnant ainsi raison aux avocats de la défense, qui ont affirmé que la victime était consentante car elle a été filmée immobile et les yeux fermés.

La procureure en charge du dossier Elena Sarasate s’est d’ailleurs révoltée de ce verdict :

Les accusés veulent nous faire croire que cette nuit-là, ils ont rencontré une jeune fille de 18 ans, qui menait une vie parfaitement normale et qui, après vingt minutes de conversation, aurait décidé de suivre des gens qu’elle ne connaît pas pour avoir des relations sexuelles en groupe et dit oui à toutes sortes de pénétration, parfois simultanément, sans utiliser de préservatif.

Suite à l’annonce de la condamnation, un vaste mouvement de contestation s’est levé en Espagne, notamment à travers le hashtag #YoSiTeCreo (“moi je te crois”) afin d’apporter un soutien à la victime.

Publié le dimanche 29 avril 2018 à 10:12, modifications dimanche 29 avril 2018 à 10:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !