Faits divers

Fusillade devant une école à Grenoble en Isère

Une fusillade dans la ville de Grenoble a fait au moins deux morts et un blessé grave.

Ce lundi 25 avril, en début de matinée, une fusillade s’est produite sur un trottoir devant le groupe scolaire Jean Racine, du quartier sensible de Teisseire, dans le sud de Grenoble (Isère).

Après que les secours aient été alertés vers 10 heures, le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre et les enfants mis en sécurité. Une enquête a été ouverte sous la direction de la police judiciaire. A ce stade de l’instruction aucune interpellation n’a eu lieu.

Un homme est décédé sur le coup, un autre admis à l’hôpital après un arrêt cardio-respiratoire est décédé des suites de ses blessures. Les deux victimes, âgées de 22 et 28 ans, étaient connues des services de police (principalement pour trafic de stupéfiants), mais leurs identités n’ont pas été divulguées. Un troisième homme a également été grièvement blessé, mais ses jours ne sont plus en danger.

Une source proche de l’enquête a dévoilé à l’Agence France Presse (AFP) qu’il s’agissait d’une fusillade « ciblée » qui était de l’ordre du « règlement de comptes ».

Ça ressemble à quelque chose d’assez organisé.

A précisé une autre source, en précisant que de nombreux étuis de projectiles ont été retrouvés autour des corps.

De plus, une voiture en flammes (sans doute celle des tireurs) a été retrouvée dans une commune limitrophe de Saint-Martin d’Hères peu de temps après la fusillade.

Il est connu que ce quartier est habitué aux règlements de compte sanglants. En septembre déjà, un jeune homme de 22 ans avait été tué par balles dans ce secteur, après une série d’altercations entre deux bandes rivales.

En mars dernier, une tentative avait avorté devant une autre école de la ville, quand deux hommes sur un scooter avaient tiré des coups de feu sur un passant sans faire de blessés alors qu’un autre passager, toujours en scooter, avait fait deux blessés graves en tirant à plusieurs reprises sur une terrasse de café à Fontaine.

La ville de Grenoble et son agglomération sont marquées par une série d’homicides liés à des trafics de drogue, sur fond de banalisation des armes à feu, selon les policiers et magistrats de la ville.

Publié le mardi 26 avril 2016 à 9:02, modifications mardi 26 avril 2016 à 8:56

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !