Faits divers

États-Unis : la compagnie aérienne Alaska Airlines demande à un couple gay de céder ses sièges à un couple hétéro

Critiquée de toutes parts, la compagnie aérienne affirme avoir mandaté une enquête, afin de savoir ce qui s’est réellement passé. Selon ses conclusions, il n’y a pas eu de discrimination.

C’est par David Cooley que les soupçons de discrimination qui éclaboussent Alaska Airlines nous parviennent. Cooley est un hommes d’affaires hollywoodien. En effet, il dirige la boîte de nuit gay la plus branchée de l’ouest de la ville.

Diana Ross et David Cooley, propriétaire de la boîte de nuit ” The Abbey” / Crédits @ theabbeyweho / Instagram

Ainsi, dans son établissement, on peut apercevoir des légendes, telles Diana Ross, poser à ses côtés. Toutefois, ni la classe sociale, ni le réseau de personnalités fréquentées ne protègent systématiquement de l’homophobie. La discrimination vécue par David Cooley et son compagnon lors d’un vol d’Alaska Airlines, tend à le prouver, selon le sentiment du propriétaire du “Abbey“.

Ce qui s’est passé sur le vol 1407 d’Alaska Airlines

Lundi 30 juillet, le couple homosexuel est à bord d’un avion d’Alaska Airlines. Ce vol, le 1407, est censé les conduire de New York à Los Angeles. Cependant, alors qu’ils sont assis aux sièges de première classe qui leur correspondent, une hôtesse de l’air les interpelle.

Celle-ci demande au partenaire de David Cooley d’aller prendre place en classe économique. L’employée avance, comme raison, le désir d’un couple hétérosexuel. Ces derniers souhaitent faire leur voyage côte à côte, en première classe.

Le partenaire de David Cooley s’y oppose. Il explique que Cooley et lui forment aussi un couple portant l’envie similaire de rester ensemble lors de ce vol. Malheureusement, il ne reçoit pour toute réponse, qu’un ultimatum : accepter de s’assoir ailleurs, ou descendre de l’avion.

Indignés, les deux hommes s’insurgent contre cette discrimination. En signe de protestation, ils choisissent de s’extraire de l’appareil d’Alaska Airlines. Par conséquent, ils arrivent à leur destination grâce à un concurrent, Delta Air Lines.

Le mea culpa d’Alaska Airlines

Face au tollé, le transporteur aérien a publié un communiqué.

Une erreur d’adressage de sièges, à laquelle s’ajoute (les conditions d’) un vol plein… Ainsi qu’une équipe cherchant à respecter le temps d’embarquement, telles sont les raisons à l’origine de cet incident. Rien de plus.

Resume la compagnie.

De fait, elle rejette implicitement toute intention homophobe. Avant de rappeler qu’elle est une entreprise pour “tout le monde“. Assurant par ailleurs que “diversité et inclusion font partie intégrante de l’ADN d’Alaska Airlines“.

Enfin, la compagnie conclut son message en citant ses partenariats avec plusieurs organisations LGBTQ. Mais aussi son écoute attentive, en interne, d’un groupe de personnes-ressources, au premier rang desquelles, ses employés LGBT.

Publié le mercredi 1 août 2018 à 10:50, modifications mercredi 1 août 2018 à 9:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !