Faits divers

Disparition de la famille Troadec : Des effets personnels de la fille retrouvés près de Brest

famille troadec Orvault

Un pantalon et la carte vitale de la fille Troadec ont été retrouvés mercredi matin par une joggeuse à Dirinon, près de Brest.

Aucune trace de vie n’a été retrouvée

Selon Le Parisien, une joggeuse a découvert mercredi 01 mars au matin dans un bois à Dirinon, près de Brest, le pantalon et la carte vitale de la fille Troadec, Charlotte.

Alertée par la joggeuse, la cellule d’identification criminelle de la gendarmerie s’est immédiatement rendue sur place. Elle a placé les effets personnels de la jeune fille sous scellés. Cependant, aucune trace de vie n’a été retrouvée. Une brigade cynophile de la gendarmerie a également été dépêchée sur place pour fouiller les environs, épaulée par 40 élèves de l’école de gendarmerie de Chateaulin.

Un périmètre, rendant inaccessible la zone, a été installé autour du bois pour protéger les éventuels indices. Des hommes de la police judiciaire de Nantes, mais aussi de Brest, sont arrivés en renfort.

Du sang en grande quantité

La police a également bouclé le périmètre de leur maison à Orvault, près de Nantes, rapporte Ouest-France. Les enquêteurs de la police judiciaire ont à nouveau passé le pavillon au peigne fin. Ils sont à la recherche de nouveaux indices avec le renfort de techniciens de la Sous-direction de la police scientifique et technique. Selon BFMTV, du sang en grande quantité a été retrouvé. Les enquêteurs auraient découvert “beaucoup plus d’endroits” dans le pavillon où il y avait eu du sang qui avait été nettoyé.

Les précédentes traces de sang retrouvées dans la maison des Troadec ont été analysées. Et alors que tous les soupçons pesaient sur Sébastien, le fils aîné de 21 ans, seulement trois profils ADN ont été identifiés : celui de la mère, du père et du fils. L’absence de traces de sang appartenant à la fille intrigue fortement les enquêteurs.

Dans la chambre de la fille Charlotte, la montre de la mère a été retrouvée sous le lit, cassée et maculée de sang. Autre élément troublant, les draps avaient été ôtés des lits puis lavés et mis à sécher dans le pavillon.

Les membres de cette famille de quatre personnes ont disparu subitement, le 23 février dernier. Inquiète de ne plus avoir de nouvelles, la sœur de la mère avait donné l’alerte. Une enquête pour “disparition inquiétante” a d’abord été ouverte. Puis, les chefs ont été requalifiés en “homicides volontaires, enlèvements et séquestrations”.

Publié le jeudi 2 mars 2017 à 8:52, modifications jeudi 2 mars 2017 à 9:19

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !