Faits divers

Danemark : L’enquête progresse sur la mort de la journaliste Kim Wall à bord du sous-marin Nautilus

Le propriétaire d’un sous-marin est soupçonné d’avoir tué une journaliste qui réalisait un reportage à bord. L’homme aurait découpé son corps avant de le jeter à l’eau. Le tronc de la jeune femme aurait été découvert récemment après sa disparition signalée au début du mois d’août. Ce terrible fait divers a créé une vive émotion au Danemark et en Suède.

STORY - Episode 6/19

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

La journaliste suédoise Kim Wall était portée disparue depuis le 10 août dernier. Selon des informations de 20 Minutes, la jeune femme serait morte à bord du sous-marin le Nautilus. Son corps a été retrouvé ce lundi dans les eaux danoises d’après l’AFP. Les soupçons se portent dorénavant sur Peter Madsen, le propriétaire du sous-marin. Il a été secouru le 11 août par les autorités danoises. Il a affirmé que son submersible avait coulé. Peter Madsen, qui était à bord avec la jeune femme dans le cadre d’un reportage, a livré sa version des faits aux enquêteurs. L’homme a expliqué que la journaliste avait succombé à un accident à bord et qu’il aurait jeté son corps à la mer.

On ne connaît toujours pas les causes exactes de la mort de Kim Wall. Le parquet danois a annoncé jeudi son intention de demander la requalification en « meurtre » des poursuites engagées contre le suspect Peter Madsen. Cette décision intervient après la récente découverte du tronc mutilé de la journaliste Kim Wall, disparue à bord du sous-marin.

Peter Madsen, le suspect numéro un

Le procureur spécial de la police de Copenhague, Jakob Buch-Jepsen, a fait une déclaration auprès de l’AFP au sujet du principal suspect dans cette tragique disparition.

Après la découverte du corps (démembré de Kim Wall), nous allons demander son maintien en détention pour meurtre.

Peter Madsen a donc été inculpé le 12 août d’« homicide involontaire par négligence » et écroué. Il clame pourtant son innocence. Il affirme que la journaliste a été victime d’un accident mortel à bord de son sous-marin et qu’il a jeté son corps à la mer. Le parquet a jusqu’au 5 septembre pour demander une requalification des chefs de poursuite. Selon 20 Minutes, cette date correspond à la prochaine comparution de Peter Madsen devant un juge.

Les circonstances du terrible drame survenu au large du Danemark et de la Suède

Kim Wall était une journaliste indépendante suédoise de 30 ans. Elle avait notamment suivi des études de journalisme à l’université de Columbia. La jeune journaliste a disparu le 10 août au soir dans le détroit de l’Öresund, entre le Danemark et la Suède. Elle effectuait un reportage sur le submersible privé UC3 Nautilus et sur son concepteur, Peter Madsen. Ce dernier est soupçonné d’avoir intentionnellement sabordé son embarcation sous-marine le 11 août. Après des recherches en mer, le tronc lesté de Kim Wall, dont les membres et la tête ont été délibérément sectionnés, a été découvert par un cycliste en baie de Køge. L’autopsie n’a malheureusement pas permis d’établir les circonstances précises de la mort de la jeune femme.

Le Nautilus serait-il une scène de crime ?

Le sous-marin en question est un appareil de 18 mètres. Il a été construit artisanalement par Peter Madsen. Cet homme, âgé de 46 ans, est un inventeur danois passionné par les abysses, les profondeurs sous-marines et par l’espace. Selon des précisions de France Info, le Nautilus pèse 40 tonnes et peut plonger jusqu’à 100 mètres de profondeur. Ce sous-marin possède deux moteurs, un diesel et un électrique. Sa vitesse peut atteindre six nœuds. D’après des informations de la rédaction suédoise de Svt, le Nautilus a été construit par une équipe de dix bénévoles. Ce troisième projet de sous-marin pour Peter Madsen a été en partie financé par des dons pour un budget de 300 000 euros.

Le reportage de Kim Wall se serait-il mal passé à bord du Nautilus en compagnie de Peter Madsen ?

D’après France Info, Kim Wall effectuait des repérages afin de réaliser un éventuel portrait de Peter Madsen. La journaliste devait rester quelques heures à bord du sous-marin et revenir dans la soirée. Vers 2h30 du matin, le petit ami de Kim Wall, inquiet de ne pas la voir revenir, décide de contacter les autorités. Le sous-marin de Peter Madsen n’est malheureusement équipé d’aucun système satellite. Les services de sauvetage n’arrivent donc pas à déterminer sa position. Ce n’est que vers 10h, le lendemain matin, que les policiers parviennent enfin à localiser le Nautilus. Le sous-marin est alors dans la baie de Køge, au sud de Copenhague. Vers 11h, les secours rejoignent le sous-marin, qui est en train de couler. Ils parviennent à récupérer Peter Madsen. Une fois à terre, il fait une déclaration devant les médias présents sur place.

Je vais bien, je suis un peu triste parce que le Nautilus a coulé. J’ai essayé de le réparer, mais en trente secondes, le Nautilus a coulé. Je ne pouvais même pas fermer les portes.

Selon Peter Madsen, un problème avec le réservoir serait à l’origine du naufrage soudain. Peter Madsen affirme qu’il est seul à bord et qu’il a fait débarquer Kim Wall vers 22h30 sur la pointe de l’île de Refshaleøen, à Copenhague, au restaurant Halvandet.

Les enquêteurs maintiennent la pression sur Peter Madsen

La police n’est pas convaincue par la version des faits de Madsen. Il a donc rapidement été placé en garde à vue. Une semaine plus tard, lors d’une audition, ce dernier explique finalement que la jeune femme a été « victime d’un accident » et qu’il a choisi de lui offrir « une sépulture marine » dans la baie de Køge, à 50 km au sud de Copenhague. Le corps de Kim Wall est resté introuvable pendant de nombreux jours. Les enquêteurs ont inspecté le Nautilus avec attention. Ils soupçonnent Peter Madsen d’avoir sabordé le navire. Des traces de sang auraient été détectées à bord.

La découverte macabre du corps de la journaliste Kim Wall

C’est le lundi 21 août qu’un cycliste a découvert un tronc mutilé, échoué sur une plage de la baie de Køge. Le corps, resté dans l’eau depuis plus de dix jours, est très abîmé. Selon une autopsie qui a été rendue publique le même jour, les membres (bras et jambes) et la tête auraient été « délibérément sectionnés ». Les enquêteurs ont comparé des échantillons d’ADN prélevés sur le tronc avec un prélèvement sur une brosse à cheveux et une brosse à dents de la journaliste. Les résultats ont malheureusement confirmé qu’il s’agit bien du corps de Kim Wall.

Le directeur d’enquête, Jens Møller Jensen, a livré des détails terrifiants lors d’une conférence de presse ce mercredi. Le corps aurait été lesté d’une pièce en métal afin qu’il reste au fond de l’eau. Les blessures et les marques sur le tronc font penser à :

une tentative de s’assurer que l’air et les gaz s’échappent du corps pour qu’il ne remonte pas à la surface.

Peter Madsen clame toujours son innocence

L’avocate de Peter Madsen, Betina Hald Engmark, assure que la découverte du corps ne change rien au fait que son client soit innocent. L’autopsie n’a pas permis de révéler les causes de la mort. L’avocate s’est exprimée devant la télévision danoise TV2.

Ce n’est pas parce que l’ADN correspond qu’il n’y a pas eu d’accident. Mon client et moi-même nous félicitons qu’il soit enfin établi que c’est bien [le tronc] de Kim Wall qui a été retrouvé.

Elle a tenu à défendre son client concernant son revirement dans sa version des faits.

Les gens réagissent différemment lorsqu’ils ont vécu une expérience traumatisante.

La thèse de l’accident à bord plausible ?

Selon le Copenhagen Post, Jens Falkengerg, qui a participé à la construction du Nautilus, assure que la thèse de l’accident est plausible.

Quand j’ai entendu que la journaliste était morte, je me suis d’abord dit qu’elle avait dû glisser de l’échelle qui mène à la trappe. Derrière cette trappe il y a une porte qui est toujours ouverte avec une grosse poignée et contre laquelle on peut se cogner la tête. […] Le sous-marin est fait uniquement d’acier, si elle a glissé et s’est blessée, elle ne serait pas la première.

Peter Madsen reste à ce stade soupçonné par les enquêteurs « d’homicide involontaire par négligence ». Il encourt une peine allant de cinq ans d’emprisonnement jusqu’à la prison à vie. Il va rester en détention provisoire jusqu’au 5 septembre selon le Washington Post. Aucun élément n’a été dévoilé dans l’enquête sur l’éventualité d’une agression sexuelle.

L’enquête se poursuit afin de dissiper les nombreuses zones d’ombre

Pour l’heure, les recherches en mer se poursuivent au Danemark. Les enquêteurs vont tenter de localiser les autres parties du corps de la journaliste. Selon des informations du Monde, la police enquête également toujours sur plusieurs homicides non résolus, parmi lesquels celui d’une étudiante japonaise de 22 ans, disparue en 1986 lors d’un séjour au Danemark. Son torse avait été retrouvé dans le port de Copenhague.

Publié le vendredi 25 août 2017 à 16:21, modifications mercredi 4 octobre 2017 à 14:39

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire