Faits divers

Champigny-sur-Marne : Retour sur les témoignages des policiers agressés

Le passage à tabac de deux policiers a eu lieu dans la nuit du 31 décembre

Champigny-sur-Marne : deux policiers agressés

Deux policiers ont été agressés dans la soirée du 31 décembre à Champigny-sur-Marne, ce qui a suscité une vague d’indignation dans tout le pays. Le Parisien a depuis pu consulter les témoignages des deux gardiens de la paix attaqués.

Dans la soirée du 31 décembre dernier à Champigny-sur-Marne, deux policiers sont intervenus dans une fête du réveillon qui a mal tourné. Les deux agents des forces de l’ordre ont alors été passés à tabac. Ils ont ensuite porté plainte pour violences aggravées et Le Parisien a pu consulter leurs témoignages.

Les agresseurs n’ont pas pu être identifiés

Laurie, gardienne de la paix âgée de 25 ans, a déposé sa plainte le lundi 1er janvier, au lendemain des faits. Selon Le Parisien, elle était encore sous le choc au moment de témoigner. La gardienne de la paix a subi les coups les plus violents de l’agression survenue à Champigny-sur-Marne. La policière a déclaré à propos de cette attaque :

Je me suis protégée avec les mains et me suis roulée en boule. J’ai pris des coups au visage, au ventre et sur les jambes

Quatre personnes, deux filles et deux garçons, lui sont venus en aide alors qu’elle continuait d’être frappée. La gardienne de la paix a d’ailleurs affirmé à leur sujet :

Ils m’ont portée et m’ont amenée jusqu’à un véhicule de collègues stationné à proximité

Dominique, son collègue, a de son côté expliqué avoir reçu un premier coup dans le dos, porté par un manche en bois. Le policier a ensuite ajouté :

Mon gilet pare-balles a absorbé une partie du choc et j’ai réussi à maintenir mon équilibre

Dominique a alors couru pour mettre fin à l’attaque mais l’un des agresseurs l’a déséquilibré en lui portant un coup au tibia. Le policier a chuté et a ensuite reçu un coup de poing au visage. Troublé par l’attaque, le gardien de la paix s’est retrouvé dans l’incapacité d’identifier les agresseurs. Ces derniers ont pris la fuite au moment où il a sorti son arme de service. Le policier a en effet déclaré :

Cinq ou six personnes extrêmement belliqueuses se sont alors avancées vers moi. Le premier était toujours menaçant, j’ai sorti mon arme de service

Le gardien de la paix a ensuite pu retrouver ses collègues grâce aux gyrophares de leur véhicule malgré sa vue troublée. Dix et sept jours d’ITT (Incapacité totale de travail) ont été prescrits à Laurie et Dominique. Les enquêteurs n’ont pour le moment fait aucune interpellation.

Publié le vendredi 5 janvier 2018 à 17:57, modifications vendredi 5 janvier 2018 à 17:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct