Faits divers

“Cette fille-là, il lui fallait un vrai mec” : Les propos choc de l’avocat de Jonathann Daval

“Libération” a consacré une page de portrait à Randall Schwerdorffer, l’avocat de Jonathann Daval, le 16 février dernier. Durant l’entretien, l’homme a tenu des propos choquants. Mais il prétend aujourd’hui que le journaliste en a rajouté.

STORY - Episode 16/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Daval

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Interrogé par Libération, Me Randall Schwerdorffer a tenu des propos surréalistes sur le couple Daval. Celui qui est chargé de défendre Jonathann, le mari, estime que les deux jeunes gens n’avaient rien à faire ensemble. Et pour cause :

Cette fille-là, à son âge et vu ses attentes, il lui fallait un mec. Un vrai mec. Un mec qui assurait. Et elle, elle lui reprochait : “T’es impuissant, tu bandes pas, t’es une merde”.

Et d’expliquer qu’une « femme dominante » devient « écrasante » dans le cas où elle a « pris un compagnon plus faible ».

Me Schwerdorffer critique “Libération”

Contacté par L’Est Républicain au lendemain de la publication de l’article, Randall Schwerdorffer se défend :

Je ne revendique pas la paternité d’un très grand nombre de phrases et d’expressions qui ont été reprises par “Libération” de manière libre, créative, voire romancée, et parfois même comique.

Explique-t-il au journal local avant de préciser :

Je comprends que ce soit vendeur, mais après tout ce que j’ai lu ou entendu ces derniers temps, tout ça me laisse indifférent. J’ai même passé un bon moment à lire sur un personnage que je ne connaissais pas.

De son côté, Libération maintient « que les propos tenus dans le cadre de cet article, réalisé dans le cadre d’un long entretien quelques jours après la garde à vue de Jonathann Daval, appartiennent mot pour mot à Randall Schwerdorffer », écrit L’Est Républicain.

Un magistrat, contacté par Libération au moment de la rédaction du portrait, confiait à propos de Randall Schwerdorffer :

Il est nul avec la presse. Il est sans filtre, il fait n’importe quoi, et c’est pas la première fois. Quand on affronte la meute, il faut maîtriser les éléments de langage.

En effet, l’avocat de Jonathann Daval avait déjà subi les foudres de la presse en évoquant son client.

Publié le lundi 19 février 2018 à 11:51, modifications lundi 19 février 2018 à 12:49

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !