Faits divers

Cette ancienne modèle est morte, dévorée de l’intérieur

Rebecca Zeni est morte à cause d’une épidémie de gale dans la maison de retraite où elle vivait.

Une épidémie de gale

Rebecca Zeni fut une star. Mannequin de mode à New York puis présentatrice télévision. Dans les années 50-60, elle avait sa réputation aux Etats-Unis. Mais elle est morte dans l’anonymat le plus complet, dévorée de l’intérieur par les parasites qui occupaient la maison de retraite ou elle passait les dernières années de sa vie.

Après sa carrière, elle était devenue femme au foyer, comme beaucoup de femmes à l’époque. Puis, en 2010, elle est arrivée dans cette maison de retraite en Géorgie, aux Etats-Unis. C’est là qu’elle est morte dans d’atroces souffrances en 2015. Mais que lui est-il donc arrivé ? Comment est-ce possible au XXIe siècle ?Rebecca Zeni souffrait de démence, ce qui explique sans doute que ses plaintes n’aient pas été suffisamment prises au sérieux. Mais, surtout, il s’agit d’un cas de négligence de la maison de retraite. Elle est en effet morte de la gale, une maladie que beaucoup pensaient disparue mais qui fait encore parler d’elle. Des millions de parasites se trouvaient sous la surface de sa peau.

Au cours des six derniers mois de sa vie, elle souffrait constamment. Elle était littéralement mangée de l’intérieur vers l’extérieur. Sa peau se décomposait

explique l’avocat de la famille qui a désormais lancé une procédure judiciaire contre la maison de retraite.

Ses proches prévenus au dernier moment

Selon le Washington Post, l’établissement connaissait la situation. Il y avait eu une véritable épidémie de tiques dans les lieux et ils n’avaient pas pris les mesures nécessaires pour nettoyer complètement les chambres des patients. Rebecca Zeni est finalement morte d’un staphylocoque doré selon les résultats de l’autopsie.La famille réclame désormais des dommages et intérêts pour la souffrance infligée en fin de vie.

La fille de Rebecca Zeni a été informée de la situation dans les derniers jours de sa vie.

On la rassurait constamment, on lui disait que tout était pris en charge. C’était horrible, elle était bouleversée et horrifiée.

Publié le samedi 5 mai 2018 à 16:01, modifications samedi 5 mai 2018 à 10:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !