Faits divers

Brésil : “Dr Popotin” en cavale suite à la mort d’une patiente après une opération esthétique clandestine

Lilian Quezia Calixto, employée de banque, est décédée après avoir été opérée par Denis Furtado. Surnommé « Dr Popotin » le chirurgien est actuellement recherché par les autorités brésiliennes.

Denis Furtado, surnommé « Dr Popotin » était une véritable star au Brésil, suivi par plus de 660 000 abonnés sur son compte Instagram. D’ailleurs, de nombreux clients n’hésitaient pas à parcourir de nombreux kilomètres pour subir des opérations de chirurgie esthétique dans son cabinet. Ce fût le cas de Lilian Quezia Calixto. Cette employée de banque a parcouru plus de 2 000 kilomètres de Cuiaba à Rio de Janeiro pour passer entre ses mains.

La patiente décède après 4 arrêts cardiaques

Toutefois, les choses tournent mal. Ce dimanche 15 juillet, la patiente se fait opérer dans l’appartement de Denis Furtado, situé à Barra da Tijuca, à Rio racontent nos confrères du Parisien. C’est alors qu’elle a eu un malaise et a dû être hospitalisée. À son arrivée à l’hôpital, la victime « était encore lucide et a décrit ce qui s’était passé », selon un commissaire de la police, cité par G1. Toutefois, après quatre arrêts cardiaques, elle est décédée.

Accusé d’homicide et association de malfaiteurs, « Dr Bumbum » (en portugais) s’est enfui. Sa petite amie, qui était également son assistante selon des médias, a été incarcérée.

Une technique controversée

Ce n’est pas la première fois que le chirurgien est inculpé. En effet, il a été inculpé à quatre reprises par la police du District fédéral pour exercice illégal de la médecine et crimes contre le consommateur.

Denis Furtado

Si sa technique utilisée pour augmenter les fesses est controversée – il injecte du polyméthacrylate de méthyle (PPMA) – la patiente « n’a présenté aucune complication » lors de l’intervention, explique Naira Baldanza, l’avocate de Denis Furtado.

Toute conclusion sur la mort de Lilian et sur la responsabilité éventuelle de mon client est prématurée

a-t-elle ajouté.

Néanmoins, la Société brésilienne de chirurgie esthétique (SBPC) rappelle qu’il y a de plus en plus “de non-spécialistes” causant “de plus en plus de cas fatals comme celui-ci”. La SBPC accuse également Dr Denis Furtado de ne pas avoir suffisamment d’années de formation et de spécialisation pour se déclarer chirurgien plastique.

On ne peut pas pratiquer de chirurgie esthétique dans un appartement. Beaucoup de gens vendent une illusion, une fantaisie, dépourvue de toute éthique, à des personnes fragiles attirées par de bas prix.

déclare le président de la SBPC, Niveo Steffen.

Une banalisation des chirurgies esthétiques au Brésil

De plus, sa méthode, appelée aussi bioplastie, aurait causé la mort de dizaines de femmes en Amérique latine, notamment au Venezuela selon lui. Enfin, il alerte sur la “banalisation des chirurgies esthétiques pratiquées par des non-spécialistes, qui parfois ne sont même pas médecins et mettent la population en péril”.

L’histoire de ce chirurgien fait actuellement la Une de la presse au Brésil. Pour rappel, le Brésil est le deuxième pays au monde où sont pratiquées le plus de chirurgies esthétiques, après les Etats-Unis.

Publié le mercredi 18 juillet 2018 à 13:34, modifications mercredi 18 juillet 2018 à 11:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !