Faits divers

Bordeaux : les trafiquants de cocaïne se pensaient “invisibles”

Jugés à Bordeaux pour trafic de drogue entre la Guyane et la métropole, deux hommes et deux femmes ont expliqué leur étonnante stratégie. Une histoire de drogue, d’argent, et beaucoup de sorcellerie.

Le procédé leur semblait pourtant infaillible. Quatre individus, deux femmes et deux hommes originaires de Guyane, sont actuellement jugés à Bordeaux dans le cadre d’un trafic de cocaïne. Ceux-là, sous couvert de tourisme dans la région aquitaine, étaient en réalité des “passeurs”. Rien de très original a priori, mais les enquêteurs vont être surpris par les explications des individus.

Du Surinam à Bordeaux, les passeurs pensaient être “invisibles”

Tout a commencé par la découverte dans un hôtel d’une sacoche contenant 10 000 euros en petites coupures. Très rapidement, la police de Bordeaux va identifier les détenteurs de la sacoche, et découvrir une drôle de méthode. En effet, ces passeurs étaient persuadés d’être… invisibles. Avant chaque voyage, par le moyen de bains rituels chez un “sorcier”, ils pensaient devenir invisibles aux yeux des douaniers. Et rendre aussi l’intérieur de leur corps indétectable.

Une idée vaguement logique, puisque ces passeurs ingurgitaient chacun plusieurs dizaines de petites capsules de cocaïne pour faire voyager la drogue. Un modus operandi courant et de triste notoriété, celui dit de la “mule”. Il n’est en effet pas rare que les capsules, en trop grand nombre ou mal préparées, s’ouvrent et libèrent leur contenu dans le système digestif. Des incidents très souvent mortels pour les passeurs dont le corps ne résiste pas.

Une première pour les enquêteurs, mais une route bien connue

Il ne s’agit donc pas de cape d’invisibilité d’Harry Potter, ou de potion à boire avant le voyage. Mais bien de bains magiques pris chez un “sorcier” du Surinam. Ce pays, frontalier de la Guyane, est une des sources principales d’approvisionnement en cocaïne, notamment pour ses passages facilités par les forêts et les fleuves. Depuis plusieurs années, la Guyane est une pièce principale dans les rouages du trafic transatlantique. Dans la même affaire, treize personnes ont été interpellés en Guyane et le “sorcier” a été arrêté. Il aura vraisemblablement, entre quatre murs d’une cellule, tout loisir de revoir sa formule de bain magique…

Publié le mercredi 25 octobre 2017 à 16:33, modifications mercredi 25 octobre 2017 à 16:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !