Faits divers

Après les aveux du mari, la famille d’Alexia Daval demande qu’on « rétablisse la vraie Alexia »

Quelques jours après une interview inédite au quotidien régional L’Est Républicain, les parents d’Alexia Daval se sont de nouveau exprimés. Ils ont fait part de leur désarroi.

STORY - Episode 19/29

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Daval

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Après leur entretien inédit à l’Est Républicain jeudi dernier, les parents d’Alexia Daval, la jeune femme assassinée par son mari Jonathann Daval fin octobre ont accordé une interview à BFM TV diffusée ce lundi 5 mars. Cette fois face caméra, et en compagnie de leur autre fille Stéphanie et de son mari Grégory, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot ont tenté de mettre des mots sur ce qu’ils traversent depuis la mort d’Alexia et les aveux de leur gendre Jonathann.

Trois mois de trahison intense

On a deux deuils. On a perdu deux êtres qu’on aimait énormément.

A débuté Jean-Pierre Fouillot.

C’était comme un fils.

A ensuite abondé Isabelle Fouillot.

On a vécu trois mois de trahison intense.

A déploré Stéphanie, la sœur d’Alexia.

En effet, Jonathann Daval, qui a reconnu fin janvier le meurtre de son épouse, n’avait pas changé de comportement pendant les trois mois qui ont précédé. Pire encore, celui-ci est apparu particulièrement éploré au cours des derniers mois. Le jeune homme est régulièrement venu chercher du réconfort chez Jean-Pierre et Isabelle Fouillot. Celui qu’ils considéraient comme un des leurs.

Il avait toujours des témoignages d’affection en particulier envers Jean-Pierre et Isabelle. Il leur disait vous être ma famille, je vous aime…

A fait remarquer Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia, avant d’ajouter :

Avec le recul, c’est incroyable.

On a jamais douté

Car à aucun moment, la famille de la jeune employée de banque assassinée en Haute-Saône n’a imaginé la culpabilité de leur genre. A contrario, « ils essayaient de protéger » après le meurtre.

On n’a jamais douté.

A assuré la sœur d’Alexia Daval, Stéphanie Gay.

Par ailleurs, leurs parents n’avaient pas eu vent de quelconques théories impliquant le mari de leur fille.

On était hors les rumeurs.

A expliqué Isabelle Fouillot, qui a précisé :

On n’a pas tous les réseaux sociaux modernes, on n’écoute pas ce genre de choses. On a toujours fait confiance.

En outre, la famille tient à clamer sa vérité sur le caractère d’Alexia Daval.

On a l’obligation de faire le mieux qu’on peut pour honorer sa mémoire. Et qu’elle soit salie le moins possible.

En effet, au cours de l’enquête, les gendarmes avaient découvert dans le téléphone portable d’Alexia Daval des échanges violents avec son mari. Ainsi, elle lui reprochait notamment leurs difficultés à avoir un enfant.

Cette fille-là, il lui fallait un mec, un vrai mec. Un mec qui assurait. Et elle, elle lui reprochait : T’es impuissant, tu bandes pas, t’es qu’une merde.

Avait déclaré à Libération l’avocat de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer.

Rétablir la vérité sur Alexia Daval

Je trouve hallucinant de devoir rappeler à cet avocat qu’Alexia devrait aussi bénéficier de la présomption d’innocence.

A invectivé Grégory Gay, le beau-frère de la jeune femme. Alors que la sœur d’Alexia Daval a interrogé :

Pourquoi ne pas faire les mêmes suppositions sur lui. Tout ce qu’on a maintenant ce sont les dires de son présumé assassin. Est-ce que Alexia avait un mal-être qui peut-être venait de lui ? C’est elle qui était violentée. On ne sait pas. Il n’y avait qu’eux deux qui ont la réponse.

Ainsi, la famille d’Alexia Daval a tenu à dresser un portrait très différent.

Les choses que l’on a pu entendre nous ont beaucoup bouleversés, ce sont des choses très dures auxquelles on a eu à faire face, et des choses qui ne reflètent pas la réalité de ce qu’était Alexia au quotidien, de ce qu’on vivait avec elle.

S’est émue Stéphanie, la soeur d’Alexia Daval.

C’est pour ça, aujourd’hui, qu’on a envie de dire un petit peu ce que nous on a vécu avec elle. La manière dont on la connaît, la réalité des choses.

A poursuivi la jeune femme, pour justifier leur prise de parole.

En outre, Stéphanie Gay a alors décrit sa soeur comme « une femme déterminée qui travaille et qui sait ce qu’elle veut ».

On a jamais vu Alexia violente.

A scandé Isabelle Fouillot.

Jamais, jamais, à aucun moment

A surenchéri Jean-Pierre Fouillot.

On a l’obligation de faire le mieux pour honorer sa mémoire et qu’elle soit salie le moins possible.

A finalement conclu le père d’Alexia Daval.

Publié le lundi 5 mars 2018 à 10:13, modifications lundi 5 mars 2018 à 9:58

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !