Faits divers

Anvers : Brûlée à l’acide sulfurique, son ex-compagnon la menaçait depuis des mois

Anvers : Brûlée à l'acide sulfurique, son ex-compagnon la menaçait depuis des mois

Mardi 31 juillet, une quadragénaire Belge a été défigurée à l’acide par son ex-concubin. La victime avait déjà déposé plainte pour violences conjugales, son compagnon préparait son attaque depuis dix jours.

Ce mardi 31 juillet , alors qu’elle attendait le bus à l’arrêt situé devant son domicile, à Sint-Jansplein, une femme belge s’est faite attaquée par son ex-compagnon. Aspergée d’acide sulfurique, le corps brûlé à 40%, la quadragénaire vivait dans la peur depuis plusieurs semaines. Un geste prémédité, qui n’aura pas laissé l’occasion à la victime de porter plainte, alors qu’elle s’était décidée à le faire.

Un acte prévu dix jours avant l’attaque

Ce drame témoigne de la violence qui réduit bien des femmes au silence. Le quotidien belge Het Laatste Nieuws (Les dernières news) a fait part des circonstances qui entourent l’attaque qui s’est produite près d’Anvers et a dévisagé Ragna S. Selon le journal, l’agresseur aurait annoncé son intention de commettre l’acte dix jours avant les faits, en envoyant une vidéo à son ex-compagne et son ami Yves, qui veillait alors sur elle. La séquence montrait une anonyme attaquée à l’acide de manière similaire avec en commentaire un message glaçant :

Si votre arrogance continue, il y a une solution qui coûte 7 euros chez (…). Et elle ne sera plus jamais arrogante.

Avait-il écrit en légende.

L’homme de 57 ans se nomme Pierre W., il a été placé sous mandat d’arrêt jeudi matin par un juge d’instruction, précise le parquet d’Anvers. Ce dernier, sous l’influence de stupéfiants au moment du crime, aurait tenté de mettre fins à ses jours une fois son sombre dessein accompli. Toujours dans l’incapacité d’être entendu par les enquêteurs, il devait être auditionné à nouveau hier dans la matinée.

Harcelée durant plusieurs mois, la victime allait porter plainte samedi

Toujours entre la vie et la mort, Ragna avait mis un terme à sa relation avec son agresseur, violent. Pierre W. l’avait ensuite harcelée en permanence, passant ses journées au café situé en face de son domicile pour observer ses habitudes. Isolée, craintive, la jeune femme avait fini par perdre son emploi. Son ami Yves Wauters témoigne dans les colonnes de Het Laatste Nieuws comment Ragna a trouvé la force de faire appel à lui, malgré ce quotidien toxique :

Je me suis occupé d’elle au cours des six derniers mois. Elle se tenait devant ma porte avec un sac en plastique rempli de factures et de mises en demeure. Elle n’y parvenait plus financièrement. Et elle avait toujours cette peur de Jean-Pierre. Les parents de Ragna s’occupaient de sa fille de 9 ans, le père étant décédé.

Confie t-il, témoignant de l’état critique dans lequel se trouvait son amie.

Le parquet d’Anvers a confirmé aux journalistes que Ragna avait bien déposé une plainte pour violences conjugales un an auparavant. Son intention de déposer plainte et de faire appel aux autorités était sur le point de se concrétiser, car la victime avait fixé un rendez-vous aux policiers ce samedi 4 août au commissariat.

Publié le vendredi 3 août 2018 à 15:47, modifications vendredi 3 août 2018 à 11:34

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !