Faits divers

Affaire du petit Grégory : Les révélations du cousin de Murielle Bolle aux enquêteurs

Selon des extraits d’audition révélés par Le Monde, le cousin de Murielle Bolle affirme avoir assisté à une scène d’une violence insoutenable, en 1984.

STORY - Episode 12/22

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Jusqu’à présent, Patrick F., le cousin de Murielle Bolle n’avait pas dit un mot sur ce qu’il avait vu et entendu au sujet du meurtre du petit Grégory en 1984 dans les Vosges.
Cependant, ses récentes déclarations aux gendarmes, 33 ans après les faits, ont fait basculer l’enquête. En effet, elles avaient entraîné la garde à vue fin juin de Murielle Bolle. Ainsi que sa mise en examen pour « enlèvement suivi de mort ».

Quels éléments a-t-il livré aux enquêteurs ?

Lors de son audition le 17 juin dernier, dont Le Monde s’est procuré les extraits, Patrick F., est revenu sur la « correction » subie par Murielle Bolle.

Celle qui était âgée de 15 ans au moment des faits avait déclaré aux gendarmes que son beau-frère Bernard Laroche avait enlevé le petit Grégory. Cependant, elle était très vite revenue sur ses aveux, après un supposé « recadrage de sa famille ».

Or, aujourd’hui, son cousin affirme avoir été présent à cette fameuse soirée de famille un soir de novembre 1984 au domicile des Bolle. Et il affirme avoir assisté à une scène insoutenable : 

Lorsque nous sommes arrivés, nous sommes tombés pile-poil sur une scène insoutenable, un lynchage de ma cousine Murielle. Elle a pris énormément de gifles par les membres de sa famille.

Patrick F., assure également que Murielle Bolle a été enfermée dans sa chambre. Un peu plus tard, un avocat, dont il ignore le nom mais qu’il aurait reconnu sur photo, l’aurait rejointe pour qu’elle renonce à ses aveux.

Pourquoi des aveux si tardifs ?

Pourtant, le témoignage du cousin de Murielle Bolle laisse les enquêteurs circonspects. En effet, ils se demandent notamment pourquoi l’homme a attendu autant de temps avant de se décider à parler. En outre, un autre élément pose question. 

Patrick F., affirme que Murielle Bolle avait des « bleus et des coups de martinet sur le visage et dans le dos ». Or, deux jours après cette fameuse réunion de famille, le Journal Télévisé d’Antenne 2 diffusait les rétractations médiatiques de Murielle Bolle. Aucune trace de coups n’est visible sur son visage, explique Le Monde.

Questionnée lors de sa garde à vue sur tous ces éléments, Murielle Bolle nie toujours. Elle affirme également ne plus se souvenir de son cousin Patrick.

Ce vendredi, Murielle Bolle sera pour la première fois confrontée à son cousin devant la chambre d’instruction de Dijon. Va-t-on assister à un nouveau rebondissement dans cette affaire vieille de plus de 30 ans ?

Publié le vendredi 28 juillet 2017 à 15:04, modifications vendredi 28 juillet 2017 à 17:00

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires