Faits divers

Affaire Maëlys : Le suspect est entendu aujourd’hui et va devoir expliquer ses contradictions

Déjà trois mois que la petite Maëlys a disparu, lors d’un mariage qui se déroulait à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Le principal suspect, Nordahl Lelandais, est incarcéré depuis le mois de septembre, et il va devoir s’expliquer ce jeudi, lors d’une audition à Grenoble.

STORY - Episode 29/86

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Maëlys

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Le 27 août dernier, la petite Maëlys, âgée de 9 ans, disparaissait au cours d’un mariage. Les festivités se déroulaient dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Vers 3h du matin, la fillette avait disparu. Très rapidement, les soupçons se sont tournés vers Nordahl Lelandais, un ancien maître-chien âgé de 34 ans. Il a rapidement été mis en examen, le 3 septembre, pour enlèvement, séquestration et détention arbitraire d’une enfant.

Une mise en examen rapide

En effet, cette mise en examen était justifiée par des faits troublants. Durant la soirée, l’homme était très proche de la petite Maëlys, que cette dernière qualifiait même d’ami. Elle semblait très intéressée par ses chiens. Par la suite, les enquêteurs ont découvert une trace ADN sur la commande des phares de la voiture du suspect. Puis, ce dernier a nettoyé de fond en comble son véhicule, le lendemain de la disparition.

Malgré les intenses recherches qui ont duré plusieurs semaines entre l’Ain, la Savoie et l’Isère, Maëlys n’a jamais été retrouvée. Et le suspect continue à nier toute implication dans la disparition de l’enfant. Il semble imperturbable, et les gendarmes affirment qu’il a réponse à tout. Mais les juges auraient en leur possession de nouveaux arguments qui pourraient mettre mal à l’aise l’ancien militaire.

Une audition extrêmement importante

L’audition va se dérouler aujourd’hui, jeudi 30 novembre 2017. Tout le dossier va être abordé, dans le détail. Les juges espèrent comprendre le comportement étrange de Nordahl Lelandais durant le mariage. Il avait beaucoup bu ce soir-là. Et il s’est absenté pour changer un short, soi-disant tâché de vin et de vomi. Malheureusement, ce vêtement n’a jamais été retrouvé…

Les absences répétées de l’homme durant la soirée, ainsi que son désintéressement au moment où la fillette a disparu, contribuent à faire de lui un suspect idéal. En outre, une image de vidéo-surveillance de Pont-de-Beauvoisin, captée par une caméra installée au-dessus d’un magasin d’optique, montre une Audi A3, semblable à celle du suspect. On voit Nordahl Lelandais conduire, avec un reflet blanc sur le côté passager. Or, la fillette portait justement une robe blanche le soir du mariage.

D’après certaines sources proches du dossier, il semblerait que ce soit Maëlys qui était à côté de lui. Ce qui renforce la thèse de l’enlèvement. Mais les images sont de mauvaise qualité, et une autre source affirme qu’il faut être prudent, et que tout est question d’interprétation.

Le nettoyage de sa voiture reste troublant

Autre point troublant : le comportement étrange du suspect le dimanche 27 août. Car en fin de journée, à 17h30, Nordahl Lelandais passe plus de deux longues heures à nettoyer sa voiture, dans une station de lavage. Cette dernière était sous vidéo-surveillance. Les images montrent qu’il a passé 41 minutes à aspirer l’habitacle, et qu’il a notamment beaucoup insisté sur le côté passager. Il a également passé beaucoup de temps à frotter les poignées de portes intérieures et extérieures. Il a expliqué qu’il voulait seulement que la voiture soit impeccable pour pouvoir la vendre… Mais cette justification n’est pas suffisante, et les enquêteurs ne semblent pas y croire.

Des points d’interrogation trop nombreux

Nordahl Lelandais va également devoir s’expliquer sur son second téléphone. Il n’en a jamais parlé aux gendarmes, avant que ces derniers ne le découvrent par hasard. Le suspect n’a pas nié les faits. L’abonnement de ce téléphone a été annulé le 28 août. Il affirme qu’il n’avait simplement pas besoin de deux lignes, et qu’il y avait un défaut. Là encore, sa justification semble bancale…

L’interrogatoire qui va se dérouler aujourd’hui à Grenoble est donc particulièrement important. C’est également ce jeudi que la Cour d’appel de Grenoble va rendre sa décision sur la requête en nullité visant les premières déclarations en garde à vue du suspect. En effet, l’interrogatoire n’avait pas été filmé durant les quatre premières auditions, ce qui est contraire à la loi. Le Code Pénal l’exige, dans une affaire criminelle. En outre, le procureur et les enquêteurs n’avaient pas pris en fait que la victime était mineure, c’est pour cette raison que l’interrogatoire n’a pas été filmé. L’avocat du suspect, Maître Alain Jacubowicz, a pointé du doigt cette erreur. Et l’arrêt devrait sans surprise annuler les quatre premières auditions du suspect. Tout cela ne simplifie pas du tout l’avancée de l’enquête…

Publié le jeudi 30 novembre 2017 à 10:44, modifications jeudi 30 novembre 2017 à 10:52

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !